Qu’est-ce que la magie du chaos ?

La magie du chaos
La chaosphère, symbole de la Magie du Chaos

La magie du chaos, connu également sous le terme anglophone de Chaos Magick, peut se définir comme une forme postérieure de la magie qui préconise l’inexistence de règles dans l’univers. Cela induit à une nouvelle façon de penser libre et totalitaire.

Cette nouvelle forme de magie se diffère des autres magies par le fait qu’il n’existe pas de système qui la régit mais qu’elle est s’avère être un système en elle-même. Les techniques utilisées, dans cette science occulte, peuvent être tirées des autres systèmes, d’avoir été inventées ou d’être reprises de la pure fantaisie.

Pratiquer ce genre de magie requiert l’état second de l’esprit. Ce rituel se nomme «gnose». Pour atteindre cette sensation de nirvana, les pratiquants peuvent utiliser des moyens comme la méditation, le chant, la danse, l’utilisation de la drogue, la douleur ou l’orgasme. C’est par ces méthodes qu’on peut recréer le monde. On peut ainsi dire que la magie du chaos permet aux personnes, qui y ont recours, de croire que tout est possible et que la réalité.est modifiable. Cette forme de magie avait pris naissance dans les années 70 et Austin Osman Spare en était un des premiers précurseurs.

Le concept de saut de paradigmes

Le concept du saut de paradigmes est, sans aucun doute, la caractéristique principale de la magie du chaos. Ce terme est issu d’un certain Thomas Samuel Kuhn, qui est lui-même un philosophe. Et un dénommé Carroll fit du paradigme, ou encore technique de changement de modèle de magie, un concept majeur de cette nouvelle pratique.

Le rite lovecraftien est un type de saut de paradigme. On en connaît également la pratique d’actes de magie runique. Il est constaté que ces deux paradigmes semblent ne pas être pareils, mais du moment que le magicien du chaos fait usage de l’un des deux, il est extrêmement sûr de lui jusqu’à ignorer les autres paradigmes.

Le saut de paradigme magique a été également recensé dans des actes magiques d’autres traditions, mais c’est dans la magie du chaos qu’il inspire le plus. Son idéal repose dans ce slogan « Rien n’est vrai, tout est permis » qui avait attribué à Hassan-i-Sabbah et utilisé par Friedrich Nietzsche. Ainsi que l’autre philosophie: « Fais ce que tu veux sera le tout de la Loi ». Cette façon de penser se trouve être, ainsi, mal interprétée.

Paradoxalement, la première idée de liberté a été vue par les magiciens du Chaos comme avoir la signification qu’il n’existe aucune vérité objective à l’extérieur des perceptions ; par conséquent rien ne peut être impossible à réaliser. Le fait est que, la croyance est devenue un outil indispensable pour obtenir les effets souhaités. Certains pratiquants affirment que recourir à des croyances étranges leur permet de vivre déjà une expérience de magie qu’ils jugent valorisante. Ils pensent ainsi que la flexibilité de la croyance leur permet d’être plus libre.

Le concept de “gnose” dans la magie du chaos

Un autre concept qui a été inoculé dans la magie du chaos est l’état de gnose. Cet état est jugé comme une transe de l’esprit et qui doit être appliqué pour permettre à la magie d’œuvrer. Lors de ce rituel, la personne doit se concentrer sur un objet, une pensée, un but et par ricochet de rejeter toutes les autres pensées qui peuvent sévir l’esprit. Cela permet d’arriver plus facilement à un état second. C’est dans cet état modifié de la conscience que la magie peut totalement faire ses preuves.

Chaque chaote (le nom que l’on attribue aux magiciens du chaos) possède sa propre méthode pour atteindre cet état.

Les magiciens du chaos n’ont pas d’idées fixes concernant toutes les catégories de pensé que la société dicte. Pour eux, les raisonnements, les théories, les croyances, les habitudes ne sont que des outils qui peuvent leur servir à comprendre et à modeler le monde. En réalité, le terme de “gnose” est dérivé du terme grec qui signifie “connaissance directe”, ce qui engage “l’expérience directe de Dieu”.

Ces pratiques se subdivisent en deux catégories :

  • Premièrement, il y la gnose excitatoire qui se décrit comme le fait de repousser les limites physiques, mentales et émotionnelles jusqu’à leur point de rupture, tout cela sans vraiment perdre le contrôle. Parmi les meilleurs exemples on trouve la percussion de tambours, la litanie, les états extrêmes de colère, de peur, etc.
  • La deuxième catégorie est qualifiée de gnose inhibitoire, un de ces exemples est l’état total de lâcher prise provoqué par une méditation prolongée. Contrairement à toute sorte de magie que le monde ait connu jusqu’à aujourd’hui, cette nouvelle forme ne possède aucun symbole ou dieu en particulier. Les personnes qui ont recours à cette dernière préfèrent en choisir parmi ceux qui existent déjà dans les autres traditions.

Il n’y a donc pas de Dieu particulier pour cette pratique. Quelquefois, les rites utilisés par les chaotes, lors de leur rituel, semblent copier celle des autres techniques magiques. De toute façon, lorsque le rituel permet de donner une signification à toute chose, il devient bon pour la pratique. Néanmoins, on trouve habituellement les dieux Tiamat, Eris, Loki et Hun Tun.

Le symbole qui permet généralement de reconnaître la pratique chaote est l’étoile à huit pointes ou chaosphère qui trouve ses origines des nouvelles de fantaisie de Michael Moorcock.

Les magiciens du chaos diffèrent donc des autres occultistes par le fait qu’ils vivent à travers d’un système de croyances ou paradigme et qu’ils recherchent quelque chose de supérieure qui est le méta. Mais le jugement qui se porte sur eux, se trouve quelquefois erroné, du fait qu’ils n’existent pas dans un méta-paradigme mais essaient de suivre la théorie du chaos qui n’est elle-même qu’une théorie régissant le système où nous vivons. Elle est, donc, indispensable dans l’explication des travaux parallèles des multiples systèmes de croyances.

Ce qui a été constaté, lors de la pratique de la magie du chaos, est que, ces états d’inconscience de l’esprit arrivent à exercer sur la matière des effets que la science ne pourrait expliquer. Le surnaturel tend à pénétrer dans la vie des personnes qui peuvent atteindre ces stades de concentration. Enfin, un chaote assumera toujours la responsabilité de ses actes face à un cas d’échec ou de succès.

La magie du chaos est donc une nouvelle façon de penser qui a été établie une trentaine d’année auparavant. Elle se différencie de ses consœurs par le fait qu’elle utilise la magie pour franchir les limites de la physique et les systèmes de croyance qu’on s’est souvent fixés pour atteindre une stade plus développée de l’existence. Sa pratique répond donc à un souci de liberté totale. Elle existe pour permettre à ses pratiquants de modeler la réalité à leur guise et de leur permettre de tout faire.

Cette nouvelle forme occulte de la magie utilise des techniques qui ont été utilisées par les autres catégories de magie connues. Elle ne connaît pas de technique particulière mais leur rituel se diffère le recours à des concepts comme le saut de paradigme et l’état de gnose.

Par contre, elle ne se présente pas comme sans effet pour les personnes qui désirent la pratiquer. Pour atteindre cet état de concentration qu’est la gnose, les chaotes peuvent avoir recours à des stupéfiants ce qui leur occasionnerait de possibles addictions. De toute manière, d’autres méthodes, autres que la drogue, peuvent permette au chaote de réaliser cette transcendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *