La découverte des crânes de cristal et leur message

Le mystère des crânes de cristal
Le premier crâne de cristal a été découvert en 1924. Depuis, de nombreuses hypothèses ont été faîtes sur son origine et les secrets qu'il renferme

Le crâne de cristal est un objet représentant un crâne humain et réalisé avec du quartz, un cristal de roche. Ce genre d’objet est très recherché par les personnes fascinées de l’art Maya et Aztèque, mais également par les collectionneurs en tout genre. En effet, l’attrait pour cet objet a commencé par la découverte du premier crâne de cristal par la fille de l’archéologue F.A. Mitchell-Hedges en 1924. A partir de là, de nombreuses fouilles se sont succédées pour trouver d’autres objets de ce type.

Les recherches ont été fructueuses et ont permis de rencontrer différentes variantes de ce premier crâne. Un très grand mythe, qui reste encore non dévoilé, tourne autour de ces crânes de cristal, ces objets étant réputés cacher un certain nombre de secrets que les chercheurs n’arrivent pas encore à déceler. Des thèses les associent à la fin du monde, d’autres leur attribuent des pouvoirs surnaturels. Mais ce qui est sûr, c’est que ces cranes de cristal représentent une très grande fascination et méritent toute l’attention de la communauté scientifique. Ces crânes de cristal seraient au nombre de treize et la réunion de tous les crânes peut amener, selon la prophétie, à la révélation d’une connaissance et d’un pouvoir ultimes.

Le premier crâne de cristal a été découvert, plus précisément, par Anna Mitchell-Hedges, la fille de l’archéologue F.A.Mitchell-Hedges, à l’occasion de son anniversaire. Ces deux passionnés de civilisations précolombiennes, découvrirent cette étrange sculpture en forme de crâne de femme, dans les vestiges d’une ancienne cité maya sur le site de Lubaantùn.

Les incroyables propriétés du crâne de cristal

Ce crâne présentait des propriétés très étonnantes, qui ont été reconnues par des spécialistes d’Hewlett-Packard, plusieurs années après. En effet, ce crâne est réalisé avec un quartz naturel d’une pureté et d’une rareté impressionnantes, le dioxyde de silicium piézo-électrique anisotrope. La totalité des composants de ce crâne provient d’un seul et même bloc. Même observé au microscope, il est impossible d’y déceler des traces d’usinage ou de confection. Il est également difficile de le dater, vu que le cristal ne vieillit pas à travers les âges.

Il est fascinant du fait que, lorsqu’il est traversé par des rayons lumineux, des faisceaux de lumière ressortent par ses orbites. Ce crâne de cristal est d’autant plus complexe que les études scientifiques montrent l’hypothèse que, s’il avait été façonné manuellement, il aurait fallu à peu près 300 ans pour le modeler et cela en travaillant continuellement à sa réalisation.

Même avec les technologies actuelles, il faudrait une année entière pour aboutir au même résultat.

Par le biais d’études rigoureuses sur cet objet, Frederic et Anna Mitchell-Hedges décelèrent un des secrets qu’il cachait. En fait, ils ont constaté qu’une tradition occulte de la civilisation Maya parle de l’existence de 12 crânes, ayant les mêmes spécificités que celui trouvé au Belize, et qui seraient dispersés dans différentes régions du globe.

Selon cette civilisation, il existerait un treizième crâne du nom de Cristal Maître dont la découverte occasionnerait la fin de l’Humanité et le début d’une nouvelle ère.

Après la découverte de ce premier, des vagues de recherches ont abouti aujourd’hui,  ayant ainsi permis de trouver tous les autres crânes de cristal. Comme pour le cas du crâne de cristal de F.A.Mitchell-Hedges, des chercheurs du British Museum ont été appelés à y effectuer des analyses scientifiques, mais ces derniers ont émis des réserves dans la divulgation du verdict observé d’après les expériences. La situation est donc très critique puisque, soit les scientifiques n’arrivent pas à comprendre certains de ces secrets qui seraient hors du champs de compréhension de la science, soit ils ne veulent tout simplement pas les communiquer au grand public.

Les secrets cachés des crânes de cristal

Il a donc fallu recourir aux médiums, pour en savoir plus sur le mystère que cache chacun de ces objets. Tous les médiums, qui ont eu l’honneur de faire des études sur ces objets, ont tous ressenti une très grande énergie émanant de ces crânes. Certains voyant ont eu au contact d’un crâne de cristal des visions se rapportant à l’histoire des civilisations où ces crânes auraient été réalisés.

Pour ces médiums, les vestiges de cette puissante civilisation sont, sans aucun doute, une réserve importante de données et d’informations. En effet, Carole Wilson, un médium canadien, pendant ses visions, avait eu des révélations concernant la véritable origine de ces crânes. Par là, elle avait révélé que ces crânes dataient de plusieurs milliers d’années et avaient été créés par une civilisation supérieure, qui aurait précédé les Mayas. Elle répliqua également que cette civilisation antérieure était dotée d’une intelligence et d’une supériorité inégalée, en comparaison avec nos sociétés modernes.

En effet, pour ces médiums, seule une fabrication par la pensée, permettrait d’aboutir à une telle perfection. Chaque crâne de cristal renfermerait des esprits, c’est pour cette raison qu’on les associe à un réceptacle de la sagesse et de la pensée de leur créateur.

Par ailleurs, d’après la tradition Maya, lorsque le treizième crâne de cristal serait retrouvé et mis en présence des autres crânes, il en découlerait la révélation du secret de la vie. La rencontre de ces treize crânes serait le moment où tous les secrets de la création du monde, en commençant par l’origine de l’humanité et de son destin, ainsi que sa destruction, seront révélés.

Ces objets peuvent être aussi utilisés à des fins thérapeutiques, puisqu’il contiennent des énergies puissantes, et donc capables de guérir.

Les différents crânes de cristal retrouvés dans le monde

On connaît, en premier lieu, le crâne du destin qui a été retrouvé par le fameux archéologue F.A. Mitchell-Hedges.

En deuxième position se trouve le crâne de Londres ou crâne de cristal du British museum, qui a été racheté par un certain E. Boban à un mercenaire de nationalité mexicaine, qui lui-même l’avait trouvé dans un site Maya.

Ensuite vient le crâne de cristal de Paris ; cet artefact précolombien est similaire au crâne du destin retrouvé en 1924. Il a été offert au Musée du quai Branly par l’explorateur Alphonse Pinart.

Le crâne de cristal de la Smithsonian Institution n’est pas transparent mais présente un aspect trouble. Ce crâne de cristal fait partie des plus lourds, pesant 14 kg, et également des plus grands, ayant une dimension de 25,5 cm sur 25,5 cm. Il aurait été acquis par une personne anonyme dans l’année 1960 au Mexique. C’est en 1990 qu’il aurait été concédé par cet individu au profit de la Smithsonian Institution et c’est au début de l’année 1992 qu’il a été révélé au grand public.

On retrouva également à la fin de l’année 1990, dans un site archéologique du Mexique (Guerrero), un crâne du nom de crâne de cristal Sha-Na-Ra ou crâne de cristal de Nick Nocerino. On considère qu’il aurait été fabriqué avant l’ère des Aztèques. Il est réalisé avec une roche de cristal laiteux.

Pour le cas du crâne de cristal synergie, les experts pensent qu’il est le plus authentique de tous. Il a été réalisé avec un cristal translucide et aurait pris la forme de la tête d’un homme adulte. C’est un dénommé M. George, businessman européen, qui l’aurait reçu comme don d’un Amérindien chez qui il séjournait durant son périple.

Le crâne du Texas est également très représentatif du fameux crâne de cristal. C’est une femme demeurant à Houston, du nom de Joann Parks qui est en sa possession actuellement. l’origine de cet artéfact reste un mystère.

Le crâne « Mayan » est le huitième crâne de cristal retrouvé de nos jours. Il a été retrouvé au Guatemala, au début du XXème siècle et aurait de 5000 à 36000 années d’existence.

Le crâne «E.T.» a reçu ce nom, puisqu’il ressemblait à l’extra-terrestre du film de Steven Spielberg. Il est fait avec du cristal noirci qui ne fait passer qu’une minime quantité de lumière. Il fut également découvert en Amérique Centrale au début du XXème siècle.

Les trois derniers crânes de cristal sont le crâne d’améthyste, le crâne à la croix reliquaire et le crâne de cristal rose.

Il est très intéressant de savoir, à quel point ces objets d’origine Maya et Aztèque sont convoités. En effet, ils suscitent toujours l’admiration du fait qu’ils sont les preuves d’une civilisation puissante, disparue de nos jours, comme le dernier témoignage que cette civilisation a voulu nous laisser. Comprendre ces crânes de cristal nous permettrait sans doute de renouer avec l’histoire de ces peuples qui sont, souvent, jugés de primitifs mais qui maîtrisaient, probablement, des techniques qu’aujourd’hui nous ne connaissons et ne maîtrisons pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *