Votre horoscope arabe de l’année

horoscope arabe
Illustration médiévale, avec le signe du Sagittaire, avant que les animaux ne soient remplacés par les armes comme symboles de 12 signes

L’astrologie est une science qui admet l’hypothèse que la position des planètes dans le système solaire donne des indications permettant de déceler des événements futurs, ou à caractériser la personnalité d’une personne, toujours en fonction de la position des astres le jour de sa naissance.

De tous les temps, l’usage de l’astrologie a connu un grand engouement. Une des formes d’astrologie, moins connue mais néanmoins de plus en plus populaire, est l’horoscope arabe. A noter que l’astrologie occupe une place très importance dans ce que l’on a coutume d’appeler la voyance arabe.

Les 12 signes de l’astrologie arabe, et leur horoscope annuel

Parallèlement à l’astrologie occidentale qui symbolise les 12 signes du zodiaque par des animaux, l’usage d’armes de combat est rencontré dans l’horoscope arabe, pour symboliser les différents signes de zodiaque. Comme l’utilisation d’animaux, ce qui est le cas dans le cas du Tetrabiblios, était contraire aux principes régissant la foi islamique, il fut évident de recourir à d’autres symboles pour représenter les différents types de signes de l’horoscope arabe.

Pour aller un peu plus en profondeur, le symbolisme de ces armes évoque également le combat auquel chacun fait face dans la vie. Ce peut être un combat face à son entourage, afin de s’imposer en société, mais aussi un combat intérieur, qui doit être mené sur le terrain spirituel.

Il existe douze armes, divisés en trois catégories, pour représenter chacun de ces signes. Le couteau, le poignard, le coutelas et le poignard arabe forment la catégorie des armes courtes. Les armes de moyenne portée se composent ainsi de la masse de fer, de la massue paysanne hache, de la chaîne. Enfin, l’ensemble de l’épée, de la lance, de la fronde et de l’Arc forme la catégorie des armes longues.

Horoscope arabe de l’année 2020

Voici les 12 signes de l’horoscope arabe (cliquez sur chacun de ces signes pour retrouver l’horoscope de l’année 2020 pour le signe en question), pour les personnes nées entre :

  • Le 21 Mars et le 20 Avril : le signe du poignard
  • Le 21 Avril et le 21 Mai : la massue paysanne
  • Le 22 Mai et le 21 Juin : la masse de fer
  • Le 22 Juin et le 22 Juillet : le coutelas
  • Le 23 Juillet et le 23 Août : le signe de l’épée
  • Le 24 Août et le 24 septembre : le couteau
  • Le 24 Septembre et le 23 Octobre : le signe de la chaîne
  • Le 24 Octobre et le 22 novembre : le poignard arabe
  • Le 23 Novembre et le 21 Décembre : le signe de l’arc
  • Le 22 Décembre et le 20 janvier : le signe de la lance
  • Le 21 Janvier et le 18 Février : le signe de la fronde
  • Le 19 Février et le 20 Mars : le signe de la hache

Ainsi, chacune de ces armes peut être en rapport avec la profession exercée par l’individu. Le couteau représente les personnes qui vivent en dehors des structures établies, comme pour les chômeurs par exemple. Le poignard et la masse de fer constituent ceux qui ne savent qu’exécuter les ordres. Le coutelas est une personne qui aime l’artisanat, le fait main. Les personnes nées sous le signe du poignard arabe aiment prendre des risques et ont vocation à devenir des leaders. La massue paysanne aime les métiers de la terre, contrairement à la hache qui est un intellectuel. La chaîne travaille dans l’industrie, l’épée est détentrice du pouvoir, la lance est intellectuelle et se positionne au sommet de la réussite. La fronde est un créateur et l’arc est un être d’exception.

Histoire de l’astrologie arabe

Dans le domaine de l’astrologie arabe, le point de départ est sans doute l’astrologue grec Ptolémée qui, lorsqu’il fut découvert par les arabes, leur inspira leur propre astrologie. Ses études concernant l’astrologie ont en effet ouvert la voie à de nombreux astrologues à travers le monde. En effet, le Tetrabiblios, une œuvre dont il était l’auteur, avait permis à l’horoscope de se vulgariser et de se diffuser à une vitesse considérable au niveau de la société grecque.

Si l’horoscope romain avait représenté les figures des divinités comme symbole de chacun des 12 signes du zodiaque, le Tetrabiblios utilisa à la place de ces dieux, d’autres images comme celles d’animaux. Ainsi, cette laïcisation de l’astrologie romaine a notamment contribué à la rapide expansion de cette nouvelle forme d’horoscope. A partir de là, une vague d’ouverture d’écoles d’érudition vit le jour dans toute la Grèce, puis par la suite dans tout le bassin méditerranéen, et cela jusqu’au règne de Justinien Ier.

Cet empereur avait pris les règnes de l’empire byzantin en l’an 527 après J.C. Ayant comme programme la restauration de la grandeur de l’empire, par l’uniformisation du droit romain, mais également en pratiquant une politique religieuse fondamentaliste. Dès lors, le recours à toute forme d’astrologie était interdit durant son règne.

Dans sa folie, Justinien avait ordonné la fermeture de toutes les écoles d’astrologie de l’empire. Cela a eu une grande influence dans l’histoire de ce qu’allait devenir l’astrologie arabe. A partir de cette persécution de la pratique astrologique, et après la fermeture de tous les instituts de philosophie d’Athènes en 529, les maîtres du néo-platonisme se réfugièrent en Perse.

Une académie fut alors créée à Gundishapur. Cette école devint la nouvelle plaque tournante de la sagesse et de l’érudition, ainsi que de l’astrologie néo-platonique. Le nombre des néophytes et des nouveaux adeptes connut une croissance très rapide. Par la suite, les conquêtes musulmanes se firent en Perse, ce lieu ou confluèrent les sagesses venant des quatre coins du monde.

Cette invasion arabe de la Perse influença le développement de la civilisation arabo-musulmane, notamment en matière d’astrologie. Il fut constaté qu’avant cette annexion de la Perse, l’usage de l’astrologie dans le monde arabe se résumait à l’orientation et à la météorologie. A partir de l’intégration de la Perse dans le monde arabe, le Tetrabiblios mais également des œuvres d’autres auteurs antiques comme Aristote, furent traduits dans la langue arabe à la demande des califes. Un des pères fondateurs de l’astrologie à la mode arabe est Alkindi. Il traduisit de nombreux textes en arabe, et écrivit plus de deux cents traités traitant aussi bien d’astronomie que d’astrologie.

Quelques astrologues arabes célèbres qui ont marqué l’histoire

A partir de l’astrologue et du penseur arabe Alkindi, on connut une vague d’auteurs arabes qui se penchèrent sur la question de l’astrologie :

  • On connaît par exemple Alfraganus connu également sous le nom d’Omar Mohamed ibn al-Farrakan al-Tabari ou d’Omar Alfraganus Tiberiadis qui fut décédé dans l’année 815. Cet érudit arabe travailla à Bagdad pour le compte du calife Al­ Mamoun. Il sortit pour cela deux ouvrages qui furent connus par leur traduction en langue latine. Ses études se penchèrent surtout sur les travaux de Dorothée de Sidon.
  • Un autre des pères fondateurs de l’astrologie arabe est le fameux Razes, aussi appelé Mohammed ibn Zakaria ar-Razi, il naquit en 865 et mourut en 932. Cet astrologue exerça également à Bagdad. Il marqua le monde de l’astrologie arabe, avec des textes qui ont eux aussi été traduits en latin. Il se mit également à étudier la philosophie de la nature et fut ainsi le médecin principal du calife al­Muktadir.
  • Pendant cette époque fut également distingué l’astrologue Albubater Alkasan, de son nom d’origine Abu Bakr al-Hasan. Il commença à pratiquer au début du 9e siècle. Cet astrologue arabe fut connu principalement par deux de ces écrits concernant l’astrologie natale et qui furent transcrits en latin.
  • Un autre érudit, qui avait participé à marquer d’une pierre blanche l’astrologie arabe était Albumasar, connu aussi sous l’appellation d’Aboassar mais également sous le nom d’Abu Ma’shar al-Balkhi. Il vécut probablement entre l’année 805 et 886. Cet astrologue islamique du Khorasan (Iran) exerça à Bagdad et fut très estimé de l’Europe du Moyen âge. On connait de lui son traité complet sur l’astrologie ainsi que ses tables astronomiques et son ouvrage en relation avec les grandes conjonctions. Vingt-sept de ces écrits astrologiques en arabe ont été traduits dans la langue latine.

Ainsi, si l’astrologie arabe est née grâce aux œuvres des penseurs grecs et romains, celle-ci ayant été longtemps réprimée dans l’Europe chrétienne, c’est grâce à l’astrologie arabe que l’Occident a retrouvé l’astrologie au XVIIIè siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *