Archives de catégorie : Bien-Être

Qu’est ce que le Chakra

Qu’est ce que le Chakra ?

La méditation Chakra
La méditation est l’un des moyens permettant d’ouvrir ses Chakras

Le mot « Chakra » vient du sanskrit, langue indo–européenne traditionnelle, dans cette culture, ce sont des objets en forme de roue ou de disque. De nos jours, c’est un terme qui désigne des « centres spirituels » encore appelés « centres d’énergie » et ces centres sont dans le corps astral humain. Les chakras majeurs sont au nombre de sept tandis que les chakras secondaires se comptent par milliers.

Les chakras se situent dans des points très précis du corps dans lesquels les échanges d’énergies circulent. Chaque chakra est relié à un, voir plusieurs organes. Le premier d’entre eux est à la base de la colonne vertébrale, et, le dernier et septième se situe au sommet du crâne.

On peut dire que chaque chakra est un point d’intersection des « nadis », conduits astraux véhiculant l’énergie vitale « chi » ou encore « prana ».

Chacun des chakras correspond à :

  • Une situation sur le corps physique
  • Un élément (Terre, Eau, Feu, Air, Ether)
  • Un organe des sens
  • Des organes spécifiques
  • Un Mudra (geste sacré, de méditation ou thérapeutique)
  • Un Mandala (une forme géométrique, symbole spatial)
  • Une couleur
  • Un Asana (une posture en Hatha Yoga)
  • Un son ou Mantra (formule sacrée)
  • Des pétales (symbole des canaux énergétiques)
  • Des heures de sommeil
  • Une position préférentielle dans le sommeil

Il s’agit ici de progresser sur bien des plans : ouvrir ses chakras permet à l’homme non seulement d’apprendre sur l’existence mais aussi d’être en meilleure santé et surtout de se protéger des maladies.

Les chakras constituent une des parties les plus subtiles de notre être, ce sont des centres de conscience. L’être humain ne doit pas limiter son action à son physique, s’arrêter uniquement au matériel.

La structure spirituelle, la structure psychique, la structure énergétique, tout ce qui représente le corps astral revêt une importance primordiale pour atteindre le meilleur équilibre possible. C’est atteindre l’harmonisation entre l’ensemble du corps et des énergies.

En ouvrant nos chakras, c’est toute l’énergie qui circulera harmonieusement pour atteindre chaque organe commandé par chaque chakra. Ouvrir ses chakras c’est s’ouvrir au bonheur, à l’épanouissement, mieux maitriser sa vie en lui donnant un sens profond et avoir une vraie relation à soi ainsi qu’aux autres. Et, vous l’avez compris, fermer ses chakras c’est se refermer sur soi et même se replier sur soi même, se fermer au monde intérieur et extérieur, ne plus être dans la lumière mais dans la pénombre.

Quelles sont les différentes méthodes pour ouvrir ses chakras ? Elles sont nombreuses, vous pourrez mieux ouvrir vos chakras par la pratique de la méditation ou du Yoga, mais aussi par les sons, par les couleurs, les odeurs… rien ne vaut un thérapeute spécialisé pour vous en donner toutes les méthodes et surtout celles qui vous correspondront le mieux.

Tandis que le concept Ki du Reiki fait appel à 5 centres d’énergies, on dénombre 7 principaux Chakras. Quels sont-ils ?

Chakra racine ou Muladhara

Caractéristiques

  • Instinct de survie
  • Associé à l’eau
  • Relié à l’odorat
  • Point de commencement de l’évolution humaine
  • Se situe dans la région du plancher pelvien
  • Permet à l’organisme de détecter les énergies telluriques
  • Influence les organes de reproduction
  • Régit la sexualité, les os et les graisses
  • Nous fait garder le contact avec la réalité et le concret
  • Canalise les énergies cosmiques vers le plan physique
  • Siège de la confiance en soi, de l’intégration sociale, de l’harmonie avec l’environnement

Conséquences d’un Muladhara trop ouvert

  • Addiction aux plaisirs physiques et matériels (course à la richesse, obsession aux plaisirs physiques)
  • Tendances à l’hypertension artérielle, à l’obésité, aux alertes cardiaques, etc.
  • Egoïsme, manque de générosité, matérialisme, agressivités, etc.

Conséquences d’un Muladhara trop fermé

  • Sentiment d’insécurité
  • Sensation de perdre pied
  • Incapacité de mémorisation
  • Tendances à la distraction, à la rêverie, à l’étourderie, etc.
  • Lâcheté
  • Manque de dynamisme
  • Tendances à fuir la réalité
  • Problèmes matériels
  • Troubles des organes génitaux, impuissance, frigidité, etc.

Chakra sacré ou Svadhishthana

Caractéristiques

  • Instinct de reproduction
  • Associé à l’eau
  • Relié au goût
  • Se situe dans le plexus sacré
  • Zone de transmission des liquides du corps
  • Influe sur les organes sexuels
  • Harmonise les organes génitaux et tout ce qui est associé au désir et au plaisir
  • Favorise la virilité masculine
  • Améliore l’intuition féminine

Conséquences d’un Svadhishthana trop ouvert

  • Imagination sexuelle débridée
  • Nymphomanie
  • Obsession sexuelle

Conséquences d’un Svadhishthana trop fermé

  • Mélancolie
  • Manque de sensibilité
  • Froideur sexuelle
  • Non reconnaissance des valeurs personnelles
  • Manque d’initiative, peur de l’inconnu, etc.

Chakra du plexus solaire ou Manipura

Caractéristiques

  • Instinct de possession
  • Associé au feu
  • Relié à la vue
  • Se situe dans le plexus solaire
  • Equilibre la psychomotricité
  • Responsable de la qualité de nos relations sociales, nos sympathies et nos empathies
  • Nous fait assimiler l’énergie solaire
  • Centre du pouvoir et de la volonté affirmée
  • Siège de la personnalité
  • Régit notre système digestif

Conséquences d’un Manipura trop ouvert

  • Obsession de l’alimentation et du régime
  • Troubles digestifs (vomissements, indigestion, diarrhées, etc.)
  • Troubles du foie
  • Orgueil, vanité, haine

Conséquences d’un Manipura trop fermé

  • Troubles digestifs
  • Peur d’agir et de prendre des décisions
  • Peur de dire « non »
  • Manque de combativité et de persévérance

Chakra du cœur ou Anahata

Caractéristiques

  • Instinct émotionnel
  • Associé à l’air
  • Relié au toucher
  • Se situe entre les omoplates
  • Siège de l’équilibre émotionnel
  • Nous fait ressentir la beauté des choses
  • Tend vers l’amour universel (amour de soi, amour des autres, etc.)

Conséquences d’un Anahata trop ouvert

  • Dévouement à aider les autres
  • Générosité excessive
  • Excès de passions amoureuses non partagées
  • Sentiment d’être exploité
  • Egocentrisme ou narcissisme total
  • Sentiment de supériorité dû à un amour de soi trop abusif
  • Problèmes cardiaques

Conséquences d’un Anahata trop fermé

  • Peur d’être blessé
  • Froideur
  • Indifférence
  • Incapacité à aimer
  • Sentiment de rejet
  • Manque de générosité
  • Problèmes liés au cœur et à la circulation sanguine

Chakra de la gorge ou Vishuddha Chakra

Caractéristiques

  • Porte de libération
  • Associé à l’éther
  • Relié à l’ouïe
  • Se situe au niveau de la gorge
  • Zone de transmission de la conscience physique de l’équilibre supérieur
  • Influe sur les cordes vocales, la thyroïde, les parathyroïdes, etc.
  • Nous donne la capacité de s’exprimer pleinement
  • Correspond à la fonction sensorielle de l’écoute
  • Nous fait percevoir notre voix intérieure
  • Nous permet de prendre conscience de nos objectifs
  • Générateur de vitalité et de longévité
  • Prévient les troubles liés à la vieillesse

Conséquences d’un Vishuddha chakra trop ouvert

  • Tendances au bavardage et aux débats excessifs
  • Manque d’écoute

Conséquences d’un Vishuddha chakra trop fermé

  • Langage grossier ou froid
  • Timidité, bégaiements, nervosité, etc.
  • Manque d’assurance
  • Insomnies, angoisse, etc.

Chakra du troisième œil ou Ajna

Caractéristiques

  • Associé à la lumière
  • Relié à l’hypophyse et le cerveau
  • Se situe entre les sourcils
  • Siège de toutes les étapes de prise de conscience
  • Régit les fonctions extrasensorielles
  • Améliore la vision intérieure
  • Gouverne le système endocrinien, l’intellect, la mémoire, la pensée

Conséquences d’un Ajna trop ouvert

  • Intellectualisation excessive
  • Rejet du réel, du matériel et du plaisir
  • Arrogance et mépris des autres

Conséquences d’un Ajna trop fermé

  • Tendances aux émotions irréfléchies
  • Incapacité à l’intellectualisation
  • Manque de curiosité
  • Migraines, céphalées, troubles de la mémoire

Chakra coronal ou Sahasrara

Caractéristiques

  • Situé au sommet du crane
  • Chakra intouchable
  • Siège de l’accomplissement de l’être humain
  • Centre de l’extase et de l’illumination
  • Libère la roue des réincarnations
  • Siège du savoir, de l’intelligence, du raisonnement et de la conscience

Conséquences d’un Sahasrara trop ouvert

  • Perte d’identité
  • Ego dilué
  • Folie

Conséquences d’un Sahasrara trop fermé

  • Dépressions
  • Prise de conscience de l’absurdité de la vie

Le travail sur les Chakras

Il est imprudent de forcer l’ouverture des chakras, il convient de les harmoniser, de les travailler, les rééquilibrer, les activer, et de les éveiller.

Il existe une multitude de techniques d’harmonisation des chakras (méditations, position du yoga Nidra, utilisation de l’aromathérapie, respiration alternée, etc.) mais il est toujours préférable de se faire guider par un Maître compétent. Rappelons également qu’il vaut mieux ne pas intervenir sur le septième chakra qui est le chakra coronal. Toute manipulation de ce chakra serait dangereuse.

Le Qi Gong

Origines du Qi Gong

Ceux qui ont côtoyé la culture chinoise ont assurément déjà vu des Chinois faisant des mouvements assimilés à des exercices physiques en plein air, notamment dans les parcs, près d’une source d’eau ou dans leur jardin. En fait ces exercices trouvent leur base dans la gymnastique douce dont la plus pratiquée est le Qi Gong.

La pratique du Qi Gong tire ses principes de la médecine douce orientale dont l’objectif est d’assurer une bonne circulation de l’énergie dans le corps. Il faut dire qu’avec le Tai-chi, le Qi Gong s’exporte bien en Occident.

Qu’est-ce que le Qi Gong ?

Le Qi Gong est un sport chinois pratiqué depuis des millénaires dans la médecine douce orientale

En traduisant littéralement le terme Qi Gong, on obtient « exercice relatif au Qi », autrement dit le terme Qi Gong se rapporte à la maîtrise de l’énergie vitale ou encore au contrôle de l’énergie vitale. A savoir que dans les langues japonaise et chinoise, le Qi se rapporte au flux énergétique qui circule à l’intérieur de tout organisme vivant tandis que le Gong signifie travail en chinois.

Dans la culture chinoise, un bon équilibre physique assure un bon équilibre mental et favorise donc le bien-être. Ainsi, à chaque fois que le pratiquant fait un exercice respiratoire, s’adonne à une posture ou pratique le massage, il puise de l’énergie vitale dans l’air ou encore dans son alimentation. Cette énergie sera ensuite purifiée, rassemblée, renforcée, augmentée, divisée de façon équilibrée que ce soit dans le corps ou dans l’esprit. D’après la médecine traditionnelle chinoise, quand l’énergie vitale est optimale, les organes et les fonctions capitales assurent pleinement leur rôle.

On dit même que la pratique du Qi Gong entre dans la prévention de plusieurs pathologies, garantissant donc une bonne santé pour le pratiquant.

S’adonner au Qi Gong c’est bénéficier à la fois d’un traitement et d’un entraînement du corps en douceur. La souplesse et le naturel sont les fondements même du Qi Gong.

Les plus du Qi-Gong

Bien que le Qi-Gong intègre la médecine douce, il ne faut cependant pas croire que c’est le traitement efficace pour venir à bout d’une pathologie. Toutefois, il faut dire qu’en pratiquant régulièrement et dans les règles de l’art le Qi-Gong, on prend soin de sa santé, on élimine notamment le stress et indirectement les maladies qui en découlent.

Par ailleurs, le Qi-Gong, avec ses divers mouvements, améliore la souplesse et aide à se relaxer et à se détendre, quoi de mieux pour maîtriser les tensions et le stress. Par ailleurs, il aide à gérer ses émotions, bref à améliorer la maîtrise de soi. En effet, le Qi-Gong amène le pratiquant à un état de sérénité et de lâcher-prise.

Il est aussi idéal pour ceux qui ont des problèmes de sommeil, aidant ainsi à entretenir la mémoire, accroît la capacité intellectuelle notamment au niveau de la créativité. C’est aussi une activité physique qui augmente l’endurance et améliore la respiration.

Autant de qualités qui font que le Qi-Gong est préconisé pour ceux qui ont des troubles cardiovasculaires, ceux qui ont de l’hypertension, des troubles oculaires, les diabétiques, les asthmatiques, ceux qui sont atteints de paralysie, de maladies dégénératives ou qui ont une faible immunité.

Tout ça pour dire qu’au-delà de son côté sportif, le Qi-Gong assure un épanouissement physique et spirituel et est une forme de traitement préventif voire curatif.

Précision sur les vertus thérapeutiques du Qi-Gong

Avant tout, il est à préciser que le fait de solliciter le Qi-Gong en tant que traitement d’une maladie n’empêche pas l’emploi d’un autre traitement appartenant à la médecine générale. Quoi qu’il en soit, le Qi-Gong agit sur de nombreux troubles que ce soit à titre préventif ou à titre curatif.

Chez les femmes, par exemple, la pratique du Qi Gong est conseillée pour atténuer les troubles prémenstruels. Chez les personnes âgées, le Qi Gong réduit les effets de la maladie de Parkinson, améliorant ainsi leur qualité de vie. On peut aussi le pratiquer pour faire face aux effets secondaires de la chimiothérapie ou encore dans le cadre d’un sevrage à l’héroïne.

En fait, la pratique du Qi Gong est déclinée en deux sortes :

  • Le Qi Gong Yang Sheng : la pratique à faire à la maison avec une série d’exercices à l’appui, parfois jugée inutile en Occident.
  • Le Qi Gong Waiqi : la pratique préconisée par un maître qui va diriger le Qi vers un organe précis.

Comment pratiquer le Qi-Gong ?

Avec ses nombreuses vertus comme l’assouplissement du corps ou le traitement de certaines pathologies, le Qi-Gong est aussi une bonne méthode pour accroître la concentration avant une représentation artistique, une compétition sportive, un entretien professionnel ou encore avant un exposé.

Il existe même des mouvements appartenant au Qi-Gong qui améliorent l’endurance sexuelle. Cependant, pour pouvoir jouir vraiment de toutes ces vertus, il faut savoir bien le pratiquer.

Pour cela, on doit savoir visualiser, méditer et avoir une grande attention mentale à la fois. Par ailleurs, il faut bien faire les ondulations et les étirements et ce, de façon très lente. Le pratiquant doit aussi être capable de se tenir immobile pendant un certain temps. La maîtrise des exercices respiratoires est aussi primordiale quand on s’adonne au Qi-Gong. A noter que tout en respirant, vous devez chanter des paroles sans signification notamment Soo Soo Ma Di Di Di Si ou Wa Na Wat Da Wa Si.

Une bonne séance de Qi Gong dure 20 minutes minimum et se pratique quotidiennement. Il faut savoir que les mouvements à faire durant la séance peuvent changer d’une personne à une autre, chacun ayant son état mental et physique. C’est pourquoi, lors des premières séances de Qi-Gong, il est utile de solliciter l’aide d’un enseignant qui est sensé avoir assimilé les principes de la médecine chinoise afin de mieux orienter ses élèves.

Notez qu’à la différence du Tai-chi, les mouvements du Qi-Gong sont plus brefs et séparés. En plus, on peut les pratiquer même en position horizontale.

Le Reiki

Le Reiki et le transfert d’énergie par les mains

Le Reiki est un art qui nous vient de l’extrême orient, plus précisément du Japon. C’est une médecine non conventionnelle, c’est-à-dire une méthode de traitement qui n’adopte pas les bases de l’approche scientifique des faits et qui ne se fonde pas sur la méthode expérimentale.

Cet art japonais est une discipline basée sur des soins énergétiques par apposition des mains.

Historique du Reiki

Mikao Usui, le fondateur du Reiki moderne

Le terme « Reiki » a été utilisé pour la première fois dans le Shingon, une école bouddhiste vajrayâna japonaise du 8ème siècle. On en retrouve également les traces dans le shintoïsme, « la voie des dieux » religion fondamentale la plus ancienne au Japon ; Cette croyance regroupe toute la mythologie du pays du soleil levant.

Malgré son ancienneté, ce ne sera qu’en  1919 que les premières publications sur le sujet vont apparaître. L’auteur du premier ouvrage était un naturopathe, pratiquant la discipline de la naturopathie. Cette dernière est encore une science non conventionnelle qui vise à stabiliser le bon fonctionnement et l’équilibre du corps par des moyens naturels comme l’alimentation, l’hygiène de vie, les massages ou encore des exercices.

Mataji Kawakami, naturopathe, a intitulé son ouvrage « Reiki Ryoho to sono Koka », le Reiki Ryoho et ses effets sur l’organisme. Il est essentiel de préciser que jusqu’à cette époque, le terme n’a pas encore été utilisé officiellement. Le plus grand précurseur de cette méthode est Mikao Usui qui, en effet, a officialisé le terme Reiki à partir de 1924 et c’est lui qui en a fait une méthode de soin.

De ce fait, à une certaine période, la discipline a même porté son nom. Ce n’est qu’en 1922 que le long parcours du Reiki commence, ou probablement avant 1918.  Le Reiki doit sa propagation en Occident à Mme Hawayo Takata qui a transmis des principes élémentaires avec des techniques simplifiées depuis les années 70 ; Elle va même devenir un des plus grands maîtres occidentaux du Reiki. Cette médecine comporte deux grands courants, la branche nippo-américaine de Hawayo Takata et celle japonaise de Chujiro Hayashi, un des élèves même de Hawayo Takata.

La dernière branche est la plus répandue en Europe.

Le transfert d’énergie par imposition des mains

Les 5 centres vitaux du Ki

Selon les praticiens de la méthode, le but principal du Reiki est de soulager les souffrances, d’amener la tranquillité mentale, dans l’ensemble, le bien-être et la paix intérieure.

Son concept puise ses racines dans celui du taoïsme chinois, Ch’i, également dans celui du Zen et des arts martiaux japonais Ki. Le Ki est l’énergie universelle de la vie. Dans cette approche spirituelle, il fait partie de tout l’univers et, est le lien entre les êtres.

Comme le sang, il va partout dans le corps par le biais de méridiens groupés en centre des énergies appelé « champ du cinabre » ; On avance sa présence dans toutes les manifestations de la nature. Ce souffle vital est le principe de base des techniques de la méthode de soin du Reiki.

Malgré son caractère universel, le Ki ne possède pas une équivalence en Occident.

Dans la philosophie indienne, on le retrouve sous le nom de prâna. D’autres praticiens assimilent le Reiki à l’activation des 7 chakras en rapport avec les éléments, une conception du yoga traditionnel de l’Inde.

C’est à travers le bouddhisme que ce système est arrivé au Japon. Il se base sur 5 centres subtils qui correspondent aux 5 éléments.

Pour le taoïsme, il y a seulement 3 centres subtils. Pour le Reiki, la méthode de progression s’inspire plus du shintoïsme japonais en reprenant la règle d’initiation, le « Reiki-kanjo », son appellation dans le Shinto traditionnel.

Elle prend aussi référence au système bouddhiste avec la psychologie tantrique. Les symboles font partie intégrante de la doctrine du Reiki, ainsi, on le représente généralement par la figure du mantra de la comparaison, la lettre (bija) « hrih » assimilée à Bouddha Amitabha.

Les enseignements du professeur Usui se rapportent plus au shingon en relation avec la doctrine bouddhique de la claire lumière fondamentale. Ainsi, dans les enseignements du second et troisième degré, les symboles les plus utilisés sont le Cho Hu Rei, le Sei He Ki, le Hon Sha Ze Sho Nen et le Dai Ko Myo, le plus important.

Pendant une séance, ils sont dessinés et par l’imposition des mains, le transfert d’énergie s’effectue.

Les grands maîtres de Reiki Usui

Le transfert d’énergies par apposition des mains

L’enseignement du Reiki est très méthodique et hiérarchique. Pour passer au stade de praticien, on doit suivre ce que l’on appelle l’harmonisation. Ceci est une initiation à des degrés différents et prodiguée par un « maître enseignant de Reiki Usui ».

En fonction du niveau de son disciple, le maître lui apprend les symboles relatifs à chaque degré. Après, ils entament une procédure d’équilibrage énergétique par éveil et stimulation. L’explication de la méthode se traduit par l’élévation de l’élève pour la meilleure des diffusions de l’énergie cosmique. Il est impératif pour un maître Reiki de savoir faire la liste des maîtres qui ont fourni leurs apprentissages jusqu’à lui.

Le parcours de l’apprenti comporte trois degrés qui ont chacun leur spécificité :

  • Le Shoden, premier degré, est une reconnection à la source universelle. Le potentiel praticien doit acquérir l’aptitude de canaliser le Reiki par apposition des mains et apprendre les origines de la doctrine ainsi que les techniques de soin pour soi même et les autres.
  • Le second degré, le Okuden : à ce stade on renforce la connexion en améliorant la concentration de l’esprit. L’élève apprendra l’émission du Reiki à distance pour se focaliser sur une guérison intérieure.
  • Le Shinpiden est la dernière étape qui clôture l’enseignement en donnant accès à la transmission des apprentissages et des initiations en tant que maître de Reiki. Il est possible que cette étape soit entamée en 2 temps.

Entre ces 3 stades d’apprentissage, l’intervalle entre les divers niveaux varie selon les professeurs et la capacité d’assimilation des étudiants. Les principes du Reiki Usui sont réunis en ce que l’on nomme Gokai. Ce dernier est constitué de 5 préceptes donnés par Mikao Usui lui-même et qui sont :

  • Ne sois pas coléreux (Okuru, ou Ikaru, na)
  • Ne te tourmente pas (Shinpai suna)
  • Sois reconnaissant et honore tes aînés (Kansha shite)
  • Sois loyale et honnête dans ta vie (Gyō o hageme)
  • Sois indulgent envers tout être vivant (Hito ni shinsetsu ni)

Il faut également préciser que le Reiki ne correspond en rien à du magnétisme. Contrairement à quelques idées reçues, le praticien ne donne pas de son énergie ni absorbe celle de son patient. Il joue juste un rôle de canal qui transmet l’énergie qu’il reçoit au patient.

La pratique du Reiki aux Etats-Unis et en Europe

Après son exportation au-delà des frontières japonaises, le Reiki est devenu le nouveau mode de guérison aux Etats-Unis et en Europe. En Angleterre, le National Health Service (NHS) a fait appel aux services d’un maître Reiki pour le Middlesex Hospital en 2005. Ce genre de phénomène commence à se propager dans les grands pays du Nord. Par exemple en Suisse, certains groupes d’assurance, comme Supra, proposent des remboursements pour les consultations de Reiki à l’instar de plusieurs autres médecines non conventionnelles ; Cela après une accréditation de praticiens des organismes tels le Registre de Médecine Empirique (RME). Tout cela laisse envisager une expansion très rapide de la discipline pour les temps à venir, dès son arrivée en Europe dans les années 2000, le Reiki a déjà eu beaucoup de succès.

Le Reiki est un art de vivre

Le Reiki est une méthode de soin mais aussi un art de vivre doublé d’une initiation au bonheur. Même  si le Reiki soit une science indéfinissable, il est présenté comme une voie où l’être se transforme, atteigne une guérison physique et spirituelle globale.

Par contre, le Reiki n’est pas une technique proprement dite, mais un ensemble de règles spirituelles pour conduire à la guérison et avoir un monde rempli de vie. Mikao Usui a fondé le Reiki en 1922, et le définit comme une méthode de délivrance du corps et de l’esprit.

Il est simple et accessible à tous. Cette doctrine venue tout droit du Japon n’impose rien et se veut être au-delà des cultures, des croyances et même des religions. Depuis déjà une trentaine d’année, cette méthode de soin devient de plus en plus pratiquée dans le monde entier, notamment en France. Le Reiki a su se faire une place dans la société très évoluée d’aujourd’hui.

Le Feng Shui

Explications du Feng Shui

Le Feng-Shui représente le bien-être et l’harmonie

Le Feng Shui occupe une place de plus en plus importante dans l’amélioration du bien-être et de la prospérité. Cette discipline est davantage utilisée pour favoriser la santé des occupants d’un lieu, d’une maison, d’une entreprise…

Qu’est-ce que le Feng shui ?

Le terme Feng Shui, prononcé en français fonchoué, signifie vent (feng) et eau (shui). C’est un art chinois ancien qui vise à faire de l’environnement qui nous entoure un endroit sain et serein. C’est un point important dans l’amélioration de la qualité de vie et l’accession d’un véritable bien-être.

Selon les chinois, une énergie cosmique appelée « Qi » fluide, qui gravite dans notre corps. Elle circule également autour de nous et dans nos habitations. L’acupuncture, le yoga, les arts martiaux, et pleins d’autres disciplines servent à équilibrer et à utiliser au mieux l’énergie individuelle. Le Feng Shui, lui, est destiné à harmoniser le Qi du lieu où l’on habite.

Qui y a t’il de plus intense que de rentrer chez soi et se sentir serein et en parfaite harmonie avec tous les éléments qui nous entourent ! Quoi de plus excellent que de travailler dans un endroit confortable où l’on peut facilement se ressourcer et s’épanouir en toute sérénité!

Les principes de base du Feng Shui

Cette discipline est conçue telle une « acupuncture de l’habitat ». Par le Feng Shui donc, nous pouvons agir d’une façon positive sur les huit aspirations de l’existence.

  • La prospérité : avoir une bonne rentrée d’argent
  • La renommée et la reconnaissance : gagner l’estime des autres
  • Les perspectives de carrière : atteindre les objectifs
  • Les enfants : vivre le bonheur d’avoir des enfants, les aider à réussir scolairement et socialement
  • Le mariage et le bonheur conjugal : vivre une vie de couple harmonieuse
  • La santé et le bien-être familial : avoir une heureuse vie de famille
  • Le développement personnel : avoir une meilleure éducation et de bonnes connaissances
  • Les mentors ou aides extérieures.

Dans le Feng Shui, il faut considérer deux grands principes : la polarité Yin/Yang et les Cinq éléments.

Le Yin et le Yang

Ces forces sont à la fois opposées et complémentaires. Elles ne peuvent exister l’une sans l’autre. Mais elles doivent être égales car l’excès de l’une peut détruire l’autre.

Le Yin symbolise la passivité, la calme, l’obscurité, la nuit, le principe féminin.

Le Yang, quant à lui, illustre l’activité, la lumière, le principe masculin.

Il faut donc créer un équilibre entre ces deux forces pour atteindre la quintessence du Feng Shui. Bouddha appelait cet équilibre « la voie du milieu ». Il faut savoir par exemple contrebalancer la lumière et l’ombre, le silence et le bruit, la chaleur et le froid… pour atteindre un juste milieu.

Les cinq éléments

Ce sont le Feu, la Terre, le Métal, l’Eau et le Bois. Ces éléments sont reliés entre eux par un cycle, et c’est là justement qu’intervient l’étude du Feng Shui.

Les 3 sens du cycle des cinq éléments :

  • Un sens productif : Le Feu nourrit la Terre, la Terre nourrit le Métal, le Métal nourrit l’Eau, l’Eau nourrit le Bois, Le Bois Nourrit le Feu.
  • Inversement, chaque élément épuise celui qui le précède : Le Feu épuise le Bois, le Bois épuise l’Eau, l’Eau épuise le Métal, le Métal épuise la Terre, la Terre épuise le Feu.
  • La destruction est le troisième sens du cycle : Le Feu détruit le Métal, le Métal détruit le Bois, le Bois détruit la Terre, la Terre détruit l’Eau, l’Eau détruit le Feu.

Ce cercle d’éléments aide à analyser le Feng Shui. Une couleur, une forme, le Yin ou le Yang doit représenter un élément. L’objectif principal est d’harmoniser les éléments et de les mettre dans leur secteur propre en vue de créer un équilibre.

Les malentendus sur le Feng-Shui

Le Feng Shui est devenu très populaire en Occident. Malheureusement, cette popularité a créé plusieurs malentendus. Beaucoup pensent que le Feng Shui est une véritable croyance religieuse, voire une forme de superstition. Pourtant, cette discipline n’est aucunement une forme de croyance religieuse, c’est un art basé sur une étude approfondie des cycles naturels. Un praticien compétent du Feng Shui analyse l’environnement et la personne humaine afin de créer une ambiance confortable et harmonieuse. Les maîtres Feng Shui ont la capacité de contrôler les énergies grâce aux éléments. Le Feng Sui est, en vérité, un art millénaire au service du bien-être.

Le Pa Kua, outil d’analyse du Feng-Shui

Dans la tradition Feng-Shui, les différentes parties du corps et de l’âme fonctionnent ensemble, et sont intimement lié. De même, nos aspirations sont liées, et si l’un des éléments de notre équilibre vient à faire défaut, les autres s’en trouvent perturbés.
Le Pa Kua se divise en huit trigrammes, chacun représentant l’une des grandes aspirations de la vie d’un être : la réputation, l’amour, les enfants, l’extérieur, la carrière, la connaissance, la santé, et enfin l’argent.

Le Pa Kua, outil indispensable du Feng-Shui

Le mot de la fin

Le Feng Shui, c’est un peu comme la médecine chinoise de la maison. Orientation, disposition des pièces, décoration, couleurs, tout doit être minutieusement choisi et aménagé pour le mieux-être de ses occupants. Il permet de créer la prospérité, l’équilibre et l’harmonie.

Notre conseil pour un calme et une relaxation assurés, entreprenez l’association entre le Feng-Shui et l’aromathérapie aux huiles essentielles. Vous ressentirez alors un profond bien-être.

La Lithothérapie

La lithothérapie : la médecine par les pierres et cristaux

Quelques unes des pierres utilisées par la lithothérapie

La lithothérapie est une médecine traditionnelle inspirée de nombreuses pratiques anciennes. Ce savoir millénaire intrigue de nombreux passionnés en utilisant l’énergie ou la « vibration » de certains minéraux à des fins thérapeutiques.

La lithothérapie est une discipline dont les fondements se basent sur les vertus de certains types de cristaux. Les principes de cette discipline sont plus un art qu’une science rigoureuse établie sur la réfutabilité.

D’une manière plus simple, ce n’est pas une science exacte et qui repose sur des faits patents ; malgré qu’elle s’accompagne sur certains points de démarches scientifiques tels que des observations et des expérimentations. Les cristaux principalement utilisés sont l’améthyste, l’œil du tigre, le quartz, le rubis, la turquoise ou encore le labradorite.

La lithothérapie est une technique thaumaturge qui se définit étymologiquement par l’expression grec signifiant « méthode qui soigne par l’usage des pierres ».

Ce qui définit aujourd’hui la lithothérapie est un mélange de sciences ancestrales qui ont recours aux pierres pour guérir certaines maladies. De ce fait, cette discipline relève des arts de guérison appartenant au même rang que le « shiatsu », l’acuponcture ou encore la médecine ayurvédique indienne

Les grands principes de la lithothérapie

Il faut dire que la lithothérapie est une pratique disposant de peu de connaissances théoriques mais qui s’appuie grandement sur la pratique. Selon cette science, les cristaux seraient dotés de vertus guérisseurs, en émanant des énergies positives dites « fines ».

Selon la lithothérapie, les cristaux sont des roches vivantes, peu commune, dont les pouvoirs ne sont pas jusqu’ici cultivés entièrement. Pour être en contact avec ces pierres, elles peuvent être portées comme des accessoires tels que des bagues, des pendentifs, des bracelets, ou des bibelots décoratifs de l’habitation.

D’autres expérimentations consistent à utiliser les cristaux dans des mélanges spéciaux, en usant du rayon de soleil et de certains fluides comme l’eau ou d’autres solutions. Le liquide obtenu pourra être bu pour différents soins. Cette méthode présente néanmoins certains risques étant donné l’existence de métaux toxiques dans certaines pierres.

On compte dans cette science deux disciplines : la chromothérapie et l’oligothérapie. Aujourd’hui, les caractéristiques des minéraux gagnent également l’intérêt des scientifiques, certains convaincus des propriétés bénéfiques de certains minéraux tels que le quartz ou encore l’améthyste.

Quelles sont les origines de la lithothérapie ?

Idées et conception

La lithothérapie s’inspire d’anciennes pratiques médicinales, notamment d’orient et plus particulièrement dans l’Inde antique où l’on attribuait aux pierres des singularités spirituelles et médicinales. Les anciennes traditions avaient plus recours à différentes techniques vouées à des pratiques mystiques que d’expérimentation cartésiennes.

Les principes de la lithothérapie furent réétudiés par des thérapeutes à partir des années 1970. L’utilisation de l’argile dans les pansements en médecine, permet de rétablir des liens des principes fondamentaux de la lithothérapie avec la médecine moderne; l’argile possédant des vertus médicinales reconnues scientifiquement, comme la purification de la peau.

Néanmoins, c’est la seule caractéristique bénéfique des pierres jusqu’ici à être reconnu officiellement par la médecine. De nombreuses références appuient les principes de la lithothérapie comme l’encyclopédie des drogues de Mr Lemery, ou les trois volumes de Mr Guibourt, qui parlent des vertus des minéraux dans le fondement de la pharmacie.

Les principes actifs de la lithothérapie

Comme dit précédemment, la lithothérapie assemble deux disciplines qui différent par leurs méthodes.

D’abord, il y a la chromothérapie, appelée également la « chromatothérapie ». Cette discipline est bien entendu une médecine non conventionnelle qui traite par les couleurs et la lumière.

C’est une pratique très ancienne héritée de l’Egypte archaïque, qui croit aux vertus des couleurs, et selon leurs nuances, agiraient positivement sur la santé et le mental. Puisque que c’est une science qui s’expérimente dans la manipulation de la lumière, différentes techniques de projections sont adoptées.

Il y a ensuite l’oligothérapie, qui se rapproche plus des démarches scientifiques en utilisant les oligo-éléments, mais aussi des minéraux. D’ailleurs, les premiers fondements de la science ont été apportés au XX è siècle par les travaux de deux scientifiques : le docteur Jacques Menétrier et Gabriel Bertrand.

Malgré que ce soit une science réfutée par les théories médicales, les démarches ne sont pas loin des méthodes scientifiques, qui reconnaissent l’importance de certains oligo-éléments dans l’organisme.

La lithothérapie : une science omniprésente

La lithothérapie est-elle efficace ?

La lithothérapie n’est pas une science exacte, il est difficile d’en cerner et d’observer les principes d’efficacité. D’ailleurs, la discipline est souvent un domaine profitable à des charlatans ou un terrain sur lequel interviennent des amateurs avec des connaissances sommaires ou pratiquement inexistantes. Mais il faut savoir que la lithothérapie est une discipline qui a fait satisfait de nombreux patients au cours du temps.

Toutefois, du fait de son paralogisme et de son art ne se basant sur aucun fondement rationnel, elle est entièrement exclut des pratiques médicinales officielles. Les recherches dans la lithothérapie n’ont cessé de se poursuivre et de nombreuses disciplines s’y sont inspiré ; notamment nombre des médecines traditionnelles actuelles.

Malgré ses origines, la lithothérapie prend un caractère thérapeutique, qui peut aussi intervenir dans le domaine des guérisons psychologiques. Par exemple la lithothérapie utilise l’énergie des pierres pour retrouver confiance en soi, pour soulager le stress, d’aider aux prises de conscience et aux déblocages émotionnels et énergétiques. Malgré tout, la lithothérapie contemporaine se présente comme un complément efficace des traitements médicaux.

La médecine douce : utiliser les pierres pour se soigner

La lithothérapie actuelle n’a pas connu des changements importants ou des évolutions notables. Néanmoins, sur de nouvelles pierres et de leurs utilisations se sont élaborées de nouvelles méthodes. Il existe différentes méthodes pour utiliser les pierres.

  • Utiliser les pierres en amulette : c’est une méthode, certes très vieille, mais qui est encore couramment adoptée actuellement. Ce moyen de garder un objet près de soi peut aussi concerner d’autres éléments à part les pierres, tels que des plantes séchées … etc.
  • Mettre des pierres en bijoux : c’est une méthode idéale à la lithothérapie pour des pierres assez grosses et bien taillées. La lumière qui s’y incruste met la couleur en évidence et contribue à des effets bénéfiques à l’organisme.
  • Les utiliser en onguent : c’est une technique assez spécifique. Un onguent fait de minéraux consiste à soumettre une base graisseuse à la vibration de plusieurs pierres. Pour l’opération, il est utile de réduire les pierres en poudre pour le mélange. Le tout pourra ensuite se prêter à différents soins tels que les massages.

L’utilisation des pierres peuvent être recommandée selon leurs natures, leurs couleurs et leurs vertus. Par exemple, certaines pierres se portent mieux au cou si d’autres s’installent idéalement comme des objets de décorations de maisons.

L’étude des pierres dans la lithothérapie repose principalement sur les énergies et les vibrations, qui peuvent être négatives en cas de mauvaises usages ou de mauvais état de la pierre.

La Chronobiologie

La Chronobiologie

La Chronobiologie, c’est être à l’écoute de son horloge interne pour mieux optimiser ses journées

La chronobiologie est considérée aujourd’hui comme une toute nouvelle science qui traite l’organisation temporelle de notre être. C’est l’étude de l’horloge qui, selon les scientifiques, bat dans notre cerveau : Il s’agit de l’horloge biologique interne. Elle nous aide à écouter les rythmes de notre corps : elle tente en quelque sorte de répondre à la question « quand ? ».

Grâce à la chronobiologie, l’homme peut repérer le pic de sa forme pour une activité propre :

  • quand travailler ?
  • quand dormir ?
  • quand manger ?
  • quand se détendre ?
  • quand se reposer ?
  • quand faire du sport ?

Les réponses à ces questions contribuent à l’optimisation d’une journée.

Comment optimiser son organisme grâce à la chronobiologie ?

L’organisme peut, selon les principes de la chronobiologie, repérer et analyser les différents paramètres de l’environnement. De plus, nous possédons tous au fond de nous cette horloge biologique qui nous aide chaque jour à avoir une vie bien réglée.

La chronobiologie régente notre organisme

Elle assure le bon fonctionnement de notre organisme et nous aide à bien exécuter les diverses besognes de la vie. La chronobiologie commande le sommeil, l’alimentation, les activités physiques et intellectuelles, la sexualité etc.

  • La chronobiologie et le sommeil
    Dans les 24 heures de la journée, notre sommeil suit un rythme défini d’avance. Il dépend également des variations de la température de notre corps. Nous devons parallèlement respecter le cycle veille-sommeil et écouter notre corps quand on commence à éprouver le besoin d’aller se coucher. L’une des raisons de l’insomnie est le dérèglement de l’horloge du sommeil.
  • La chronobiologie et l’alimentation
    Il faut savoir équilibrer notre alimentation selon les besoins de notre corps. Pour le petit déjeuner par exemple, il faut veiller à ce que le repas contienne des sucres lents ou rapides. Le déjeuner, quand à lui, doit être énergétique : de la viande, du poisson, des légumes… Enfin, le dîner doit être léger mais varié. C’est pendant la nuit que l’organisme consomme le plus de calories. Privilégier donc à ce moment-là des viandes blanches, des légumes et des fruits.
  • La chronobiologie et les performances intellectuelles
    Selon les scientifiques, l’homme optimise ses performances intellectuelles jusqu’à 20 heures. Au-delà de cette heure, l’activité intellectuelle diminue petit à petit. Quant à la mémoire immédiate, elle est excellente en début de journée.
  • La chronobiologie et l’activité sexuelle
    Quand est-ce se situe le pic sexuel ? Notons que l’activité sexuelle est différente chez l’homme et chez la femme, selon le moment de la journée et la saison. Chez l’homme par exemple, le désir sexuel est accentué en automne, tandis que c’est plutôt au printemps que la femme éprouve le plus le besoin de faire l’amour. On a également observé chez l’homme trois pics sexuels pendant la journée : à 8 heures du matin, au milieu de l’après-midi et à minuit.

Heure par heure, comment rendre sa journée parfaite ?

  • 7 h : Vous avez du mal à sortir de votre lit ? Pour connaître la raison, prenez pendant un mois votre température à cette heure. Si le thermomètre affiche une température comprise entre 36°8 et 37°, vous êtes un lève-tôt. Si votre température se situe entre 36°5 et 36°7, vous êtes un lève-tard.
  • 8 h : Si votre température est élevée, vous êtes prêt à commencer votre travail. Par contre, si elle est basse, ce n’est pas le bon moment pour passer aux taches.
  • 9 h : Votre cortex cérébral est maintenant stimulé par les premiers contacts sociaux de la journée.
  • 10 h : Vous voilà au bureau. C’est l’heure idéale pour traiter les dossiers. Votre taux de sucre et votre température sont optimaux pour un travail cérébral.
  • 11 h : L’heure tourne à grande vitesse. C’est parce que vous êtes bien concentré.
  • 12 h : Pensez à déjeuner tout de suite, ou au moins commencez à 12h30. N’attendez pas jusqu’à 13h. Préférez une viande peu grasse ou un poisson pour une bonne énergie.
  • 13 h : Prenez un fruit comme dessert et évitez les plats supplémentaires. La chronobiologie a démontré que trois plats au déjeuner diminuent la performance.
  • 14 h : Vous êtes plus détendu car le taux de cortisol de votre corps diminue. Mais cela entraine en même temps la baisse de votre attention. Evitez de prendre rendez-vous à cette heure-là.
  • 15 h : Vous êtes une fois de plus au top de votre forme. Profitez-en pour finir votre travail. Vous avez jusqu’à 16h30.
  • 16 h : Pourquoi ne pas boire un peu d’eau ? Ça vous permettra de vous hydrater un peu.
  • 17 h : Prenez une pause toutes les quatre-vingt-dix minutes. Dix minutes suffiront pour retrouver votre concentration et votre énergie.
  • 18 h : C’est le moment de passer aux rendez-vous personnels. Votre corps secrète à ce moment là une bonne quantité de sérotonine qui vous donne envie de passer à autre chose.
  • 19 h : Le soleil s’est couché. La sécrétion de mélatonine reprend. Il est possible que vous ressentiez des sentiments de déprime à cette heure-là. Pour retrouver le moral, restez près de la lumière.
  • 20 h : C’est l’heure du dîner, évitez les repas trop lourds. Optez par exemple pour une bonne soupe aux légumes.
  • 21 h : Jusqu’à 5h, les bronches rétrécissent parce que le corps produit moins d’adrénaline et noradrénaline. Si vous êtes asthmatique, n’oubliez pas de prendre vos médicaments du soir.
  • 22 h : Pourquoi ne pas lire un bon livre avant de se coucher ?
  • 23 h : Vous devez maintenant dormir. Vous vous endormirez facilement à cette heure-là et vous aurez un bon sommeil.
  • 24 h : Si vous n’êtes pas encore couché, vous risquez de déstabiliser votre horloge du sommeil. Vous courez le risque de connaître l’insomnie.
  • 1 h : Il est bon de savoir que le cerveau possède trois horloges : l’épiphyse, réglée sur vingt quatre heures, l’hypothalamus qui suit le cycle lumière-obscurité, et le cortex qui s’adapte aux rythmes sociaux.
  • 2 h : Vous faites de beaux rêves. Votre corps est entrain de secréter l’acétylcholine, l’hormone qui relaxe les muscles.
  • 3 h : Si vous êtes une future mère, c’est le moment idéal pour accoucher. On dit qu’entre 3 et 4h du matin, les naissances sont moins éprouvantes.
  • 4 h : Si vous vous réveillez soudainement à cette heure-là et que vous avez la difficulté de vous rendormir, cela peut être le signe d’une dépression.
  • 5 h : Si vous êtes étudiant, évitez d’apprendre vos cours à cette heure. Lisez plutôt vos cours avant de vous coucher le soir. Selon les expériences, le cerveau mémorise plus le soir que le matin au réveil.
  • 6 h : Vous avez jusqu’à 7h pour prendre votre petit déjeuner.

Préparez votre été

Préparez dès maintenant votre été

L’été approche à grands pas. Bientôt, le froid glacial de l’hiver ne serait plus qu’un mauvais souvenir. Mais êtes-vous prête à affronter la chaleur enivrante de l’été ? Comme la saison change, une remise en forme est bien nécessaire. Comment préparer au mieux son corps face au come-back de l’été ?

Préparer sa peau pour cet été

Voici quelques conseils pour préparer en douceur votre été et être bien dans votre peau sur la plage en maillot

L’été nous fait tout de suite penser à une longue exposition au soleil. Rangeons au placard les gros pulls qui ont caché notre peau tout l’hiver. C’est le moment idéal pour faire un petit gommage afin de nettoyer la peau en profondeur.

Qui ne voudrait pas exhiber fièrement une belle peau dans les semaines qui viennent ? Ou pour se faire belle dans le plaisir, offrez-vous si possible une journée-détente dans un hammam.

Tachez dès maintenant de suivre une alimentation équilibrée pour que, durant cet été, votre peau ne souffre pas trop du soleil. Un régime alimentaire négligé fragilise la peau et une peau cassante, déshydratée et mal entretenue ne pourrait pas résister au bronzage.

Il est par ailleurs très important de préparer votre peau au soleil, et lorsque vous vous exposez, de bien vous protéger. Trop de bronzage n’est jamais bon, et il faut faire attention à ne pas trop s’exposer au soleil.

Si vous comptez vous exposer longuement, n’hésitez pas à faire quelques séances de bronzage dans des cabines à UV. Entre 5 et 10 séances vous permettront de bien préparer votre peau au soleil. Si vous faîtes une allergie au soleil, une cure d’un mois et demi de béta-carotène vous permettra de profiter de la plage.

Lors de vos expositions, mettez de la crème solaire. Même si cela retarde le bronzage, il est en effet impératif de ne pas prendre de coups de soleil, ce qui favorise l’apparition de cellules cancérigènes. En temps normal, notre corps n’a besoin que de dix minutes d’ensoleillement quotidien, afin de permettre à l’organisme de synthétiser les vitamines D.

Un autre conseil est d’y aller progressivement. Ne pas hésiter à ne faire qu’une dizaine de minutes d’exposition les premiers jours. Votre bronzage sera d’ailleurs plus réussi si vous y aller en douceur.

Enfin, en cas de doute si vous avez un grain de beauté gênant ou constatez l’apparition de tâches brunes sur votre peau : consultez votre dermatologue. C’est le mieux à même de contrôler le bien-être de votre peau.

Préparer ses cheveux cet été

A la sortie de l’hiver, vos cheveux ne sont pas toujours dans leur meilleure forme. Ils ont été victimes de plusieurs agressions si on ne parle que du froid ou de la neige. Et encore, si vous utilisez un chauffage, ce dernier a tendance à les assécher. Pour les revitaliser, mangez des aliments riches en fer, zinc, vitamines B, protéines. Mangez un œuf par jour, ça fera l’affaire. Vous verrez que vos cheveux reprendront éclat et volume.

Pour les soins externes, choisissez un shampoing doux et un masque hydratant et nourrissant. Ces produits vous donneront une chevelure plus rayonnante. Optez pour les produits haut de gamme si vous voulez avoir rapidement un résultat et aussi pour gâter un peu vos cheveux qui ont souffert tout l’hiver.

Cependant, évitez le brushing et le fer à lisser pendant un certain moment pour que vous cheveux retrouvent leur force. Ils doivent respirer et se refaire une santé pour être beaux cet été sur la plage, sous le soleil.

Une silhouette parfaite cet l’été

Les manteaux ont bien camouflé les petits bourrelets de trop. Mais soleil et beaux jours exigent une silhouette ferme. Les jolies robes ne demandent plus qu’à être sorties de nos armoires.

Pour avoir une silhouette parfaite, il faut avoir obligatoirement une hygiène de vie irréprochable. Il faut manger sain, varié et équilibré, et si besoin, n’hésitez pas à faire un petit régime pour perdre du poids. Dorénavant, adoptez une attitude mature et responsable face à la nourriture sans pour autant vous priver. Mangez avec modération et buvez beaucoup d’eau.

Les exercices sont aussi les bienvenus : de petites musculations matinales, du jogging, de la marche, de la natation et pourquoi pas un peu de yoga qui, dit-on, fait travailler les muscles en douceur. Cependant, pour avoir un résultat, il est utile de souligner que les activités doivent tenir une fréquence régulière.

Alors, commencez dès maintenant, et soyez prête pour cet été.

La médecine par les plantes

La Phytothérapie, ou médecine par les plantes

Quelques plantes médicinales et un mortier, l’outil indispensable au phytothérapeute

La phytothérapie vient du mot grec phyton qui signifie “végétal”. On entend par phytothérapie la médecine qui exploite les vertus thérapeutiques des plantes pour guérir une maladie. Il faut dire que l’usage des plantes en tant que remèdes contre les maux est pratiqué depuis des milliers d’années.

Toutefois, la présentation du traitement par la plante a évolué au fil du temps. Actuellement ce n’est plus sous leur forme brute que les plantes sont utilisées en tant que médicament mais on extrait plutôt leurs principes actifs. En effet, les extraits actifs des plantes sont la plupart du temps à la base des médicaments pharmaceutiques.

Sans le savoir, vous pratiquez la phytothérapie tous les jours. En agrémentant les plats que vous cuisinez de thym, d’ail, de gingembre, ou même en buvant du thé. Vous apportez alors à votre organisme des vitamines et des éléments actifs dont le corps a besoin.

Connaître la phytothérapie, plus communément appelée médecine par les plantes, c’est donc connaître leurs vertus thérapeutiques afin de se soigner.

Pourquoi ne pas vous y mettre ?!

Pourquoi la phytothérapie ?

En matière de plantes médicinales, la liste est longue au point que les vertus thérapeutiques de certaines plantes n’ont pas encore été découvertes par les chercheurs.

C’est une des raisons qui font que la phytothérapie est toujours autant sollicitée mais ce n’est pas tout, voici encore quelques plus de la phytothérapie :

  • La phytothérapie a à son actif divers traitements contre les maux quotidiens et aident à retrouver force et vitalité.
  • La phytothérapie agit aussi sur les troubles mentaux notamment sur le stress, la déprime, le coup de blues et les problèmes de sommeil.
  • La phytothérapie donne aussi un grand coup de pouce dans le cadre d’une cure d’amaigrissement.

En somme, la phytothérapie est très polyvalente et vient à bout de nombreux troubles et pathologies.

La phytothérapie contre les maux de l’esprit

Si la médecine par les plantes est connue pour soigner les maux physiques, elle est moins réputée pour ses bienfaits sur l’esprit. C’est pourtant une vertu des plantes que l’on est en train de découvrir. Certaines plantes sont ainsi réputées pour améliorer la mémoire, la concentration, ou facilitent la lutte contre le stress et la déprime.

Vous n’y croyez pas ? Et pourtant, réfléchissez, la traditionnelle tisane du soir n’est-elle pas apaisante et relaxante pour votre esprit aussi, et ne vous permet-elle pas de combattre efficacement contre les troubles du sommeil ? Bien sûr que si. Retrouvez donc plus bas dans cet article une liste des plantes les plus connues en phytothérapie, dont certaines ont des effets bienfaisants sur votre cerveau.

En cas de doute, prenez l’avis d’un médecin

La médecine par les plantes, ou phytothérapie, est très efficace. Certaines plantes ont des extraits actifs puissants, et peuvent parfois provoquer des effets secondaires indésirables. C’est notamment le cas lors du mélange de certaines plantes avec certains médicaments. Par exemple, le millepertuis ne doit pas être utilisé lors de traitement pour le coeur, de traitement antidépresseur, ou lors d’une trithérapie.

En cas de doute, demandez conseil auprès d’un spécialiste. Voici quelques personnes qui pourront vous répondre sur les questions que vous vous posez au sujet de la nature, de la qualité, et de la quantité de plantes à utiliser :

  • Votre médecin généraliste
  • Votre pharmacien
  • Votre phytothérapeute
  • Votre homéopathe
  • Votre herboriste

Comment prépare-t-on les plantes ?

On trouve actuellement divers modes de préparation des plantes à vertus thérapeutiques à savoir :

  • L’infusion : les plantes fragmentées sont infusées dans de l’eau bouillante entre 10 à 15 minutes, il ne faut pas attendre que cela refroidisse pour boire la préparation à petites gorgées.
  • La décoction : on fait bouillir, au maximum 10 minutes, les plantes fragmentées dans de l’eau. On filtre la préparation quand sa température est buvable.
  • La macération : on met la plante dans de l’eau tiède et on observe un temps de pause allant de 12 heures à 15 jours selon la variété de la plante.
  • La teinture mère : on sèche d’abord la plante pour pouvoir la broyer et on place, par la suite, la poudre en macération dans de l’alcool 40°, 60° ou 80°.
  • La poudre totale : on obtient la poudre via cryobroyage, c’est-à-dire qu’on a pulvérisé la partie active de la plante séchée à l’azote liquide avant de la broyer. On administre la plante sous forme de gélules.
  • L’extrait : il se rapproche plus ou moins de la teinture mère sauf qu’il a une consistance plus épaisse et que pour l’obtenir on broie la plante par de l’eau, de l’alcool ou de l’éther.

A chaque plante ses vertus thérapeutiques

La liste des plantes à vertu thérapeutique est longue, en voici un aperçu :

Aloe vera

Cette plante agit sur les brûlures et les cicatrices. Elle est aussi préconisée pour nourrir la peau et resserrer les pores.

Aubépine

Les fleurs d’aubépine en infusion sont conseillées pour faire face aux états d’anxiété, de nervosité ou d’insomnie. Elles sont aussi préconisées pour ceux qui souffrent de palpitations et d’hypertension artérielle.

Arnica

Cette fleur sauvage des montages a plusieurs vertus thérapeutiques. On l’utilise à titre d’antalgique, en tant que produit décongestionnant ou encore pour faire face à l’état de fatigue.

Basilic

Cette herbe qualifiée d’aromatique pour la gastronomie a en fait diverses propriétés thérapeutiques : expectorant des glaires, sécrétion lactée et antitussif.

Camomille

Cette plante est utilisée sous forme de tisane ou d’infusion pour sa vertu apaisante et relaxante, elle entre aussi dans la composition de certains produits cosmétiques pour ses vertus adoucissante et éclaircissante.

Eucalyptus

On utilise les feuilles d’eucalyptus pour soigner certains troubles respiratoires notamment les bronchites, les toux et les rhumes.

Genévrier

L’huile essentielle extraite du genévrier a une propriété drainante et aide à atténuer les inflammations. Elle assure aussi le rôle d’antiseptique.

Ginseng

Riche en vitamines et minéraux, le ginseng est connu pour redonner du tonus. Il permet également de favoriser la mémorisation et de lutter efficacement contre le stress.

Houblon

On utilise l’inflorescence femelle de cette plante comme sédatif et fébrifuge. Elle facilite aussi la digestion et agit sur le système pileux de deux manières : ralentir la chute des cheveux ou dans le cas contraire, diminuer les excès de pilosité.

Karité

Le beurre de karité est connu depuis la nuit des temps pour sa propriété anti-âge mais ce n’est pas tout, il est aussi préconisé pour revitaliser les cheveux, pour hydrater le visage ou encore pour relaxer les muscles.

Lavande

Cette plante aux odeurs envoûtantes est utilisée pour soigner les états d’anxiété, de nervosité et d’insomnie. Elle aide aussi à soigner les rhumatismes ainsi que les infections des voies respiratoires.

Lierre

La variété grimpante est préconisée dans le traitement de l’insuffisance veineuse et est excellente pour soigner la brûlure ainsi que les douleurs liées au rhumatisme. Quant à la variété terrestre, on la conseille pour venir à bout des troubles urinaires et pour les cas de furoncles.

Mélisse officinale

On s’en sert pour lutter contre le stress et pour se détendre. Elle a aussi des vertus digestives et antivirales.

Millepertuis

Cette plante est utilisée dans la phytothérapie pour ses vertus régénératrices notamment pour soigner les affections cutanées. Elle est aussi préconisée dans le traitement des dépressions.

Orange amer

L’huile issue des pépins de cet agrume est préconisée en cas de cholestérol.

Ortie blanche

Cette plante est sollicitée avant ou après des efforts musculaires.

Passiflore

Cette plante est connue pour ses vertus relaxantes et apaisantes, et permet notamment de combattre des maux comme l’insomnie ou le stress.

Reine des près

Cette plante, plus précisément ses sommités fleuries, est une excellente analgésique, une anti-inflammatoire, antirhumatismale, antispasmodique, diurétique, et fébrifuge.

Sauge

Cette plante a des vertus antiseptiques, toniques et stomachiques. Elle peut aussi être utilisée en tant que traitement de la fièvre.

Soja

Cette plante a une réputation excellente, et son utilisation a de nombreuses vertus thérapeutiques, parmi lesquelles le fait de garantir le bon fonctionnement des neurones, et donc de la mémoire.

Thym

Cette plante aromatique a des vertus antivirales et antispasmodiques.

Tilleul

Comme la Camomille, le Tilleul est très connu et se consomme en tisane. Grâce à des propriétés sédatives et relaxantes, il est utilisé en cas d’état insomniaque ou anxieux.

Vigne rouge

On se sert du marc du raisin ainsi que des feuilles de vigne dans le cadre d’une cure d’amaigrissement et pour stimuler la circulation sanguine.

Équilibre et bien-être

Les secrets pour trouver le bon équilibre

Une alimentation équilibrée permet de conserver une excellente forme ainsi qu’une bonne santé. Pour vaincre la fatigue et mieux combattre le stress au quotidien, il suffit d’avoir une alimentation saine et équilibrée ainsi qu’une hygiène de vie ne négligeant pas les activités physiques.

Retrouver la forme dans son assiette

Alimentation, sport et « positive attitude » : ce sont les piliers pour trouver le bon équilibre au quotidien

Vous vous sentez souvent fatiguée, flasque et dépourvue de vitalité ? Le problème est peut-être au niveau de votre alimentation, elle n’est sûrement pas passez équilibrée. Vitamines, oligo-éléments, minéraux, c’est ce dont vous avez le plus besoin. Outre cela, sachez également que vous devez boire chaque jour suffisamment d’eau pour éliminer les toxines accumulées par votre corps.

Notre vie quotidienne requiert beaucoup d’efforts et ce, au niveau moral et physique. Les tâches ménagères, les enfants, le travail, … nous devons nous occuper d’un certain nombre de choses, nous avons donc besoin d’énergie. C’est dans notre alimentation que nous devons puiser cette énergie. Pour ce faire, notre alimentation doit, autant que possible, demeurer un plaisir.

Il ne faut surtout pas négliger le petit déjeuner, c’est en effet le repas le plus important de la journée. Il est primordial pour la concentration, le sauter peut occasionner un manque de dynamisme et de vitalité.
Un petit-déjeuner doit au moins comporter trois des quatre groupes d’aliments suivants pour assurer le plein d’énergie :

  • Des céréales à grain entier (barre de céréales, pain complet, …), préférez les céréales riches en fibres.
  • Des produits à base de lait pour garantir un apport suffisant de calcium (lait, fromage, …).
  • De la viande et substituts pour couvrir notre besoin de protéines et de matières grasses (œuf, beurre d’arachide, …).
  • Et bien-sûr, des fruits, principale source de vitamines et d’antioxydants (banane, pomme, orange, …).

Voici, à titre d’exemple, trois combinaisons parfaites pour votre petit déjeuner :

  • Une tranche de pain beurrée + une pomme + un verre de lait
  • Un œuf dur + un pot d’yoghourt à la vanille + un verre de jus d’orange
  • Un muffin aux bananes + un morceau de fromage + ½ tasse de salade de fruits

Parlons maintenant du déjeuner. Faites le plein de vitamines C, pourquoi ne pas choisir comme apéritif un agrume pressé ? Votre journée ne sera pas ainsi gâchée par la fatigue. Les crudités à base de légumes frais sont également les bienvenus et concoctez-vous, par la même occasion, un bon plat de viande.

Pour ce qui est du goûter, prendre du chocolat n’est pas trop conseillé. C’est, certes, un aliment riche en fer mais qui contient beaucoup trop de sucre. Optez alors pour des fruits oléagineux, des noix, des noisettes, vous avez largement le choix. Pour faire simple, pourquoi ne pas se contenter d’un bon thé vert ?

Quant au dîner, quoi de mieux que d’une bonne soupe ou d’un potage ! La soupe possède des qualités nutritives incomparables. Comme elle est souvent composée de légumes, elle est moins grasse, elle peut donc garantir une bonne nuit de sommeil. Pour faire mieux, vous pouvez également accompagner votre soupe d’un bon petit plat à base de poissons qui, rappelons-le, sont très riches en protéines. Et sinon, pour le dessert, optez pour un fruit bien frais.

En gros, pour avoir du punch, il suffit de bien composer ses assiettes. Une alimentation à la fois saine, variée et gourmande, c’est la clé d’une excellente forme.

Comment bénéficier d’une bonne qualité de vie ?

Les activités physiques sont également indispensables pour notre bien-être. Le sport nous apporte beaucoup de bienfaits : il fait disparaître l’état de tension, bref il détend et nous aide à nous couper un peu du train-train quotidien. Avec le sport, nous sommes plus aptes à affronter les divers problèmes. Il a pour rôle de chasser le stress, les inquiétudes, voire tout ce qui peut être défini comme étant un état de tristesse et d’abattement. Il peut même nous aider à avoir plus confiance en nous et à prendre conscience de nos aptitudes. En résumé, le sport agit positivement sur notre bien-être, physique et moral.

Mais ce n’est pas tout. Le sport peut également nous aider à avoir une bonne qualité de sommeil. Le manque de sommeil, comme nous le savons déjà, peut occasionner la fatigue et l’anxiété.

Enfin, un exercice physique engendre une augmentation de la production des globules blancs. Il faut donc essayer de pratiquer régulièrement des activités sportives pour stimuler son système immunitaire. Sport se conjugue avec santé et énergie.

Privilégier les pensées positives

Vous souhaitez avoir une santé de fer et un moral de pierre ? Il va aussi falloir que vous évitiez les pensées négatives. Apprenez à voir le verre à demi-plein, bref, il est temps de donner la place aux pensées positives. Les pensées déprimantes attirent les choses négatives, voilà pourquoi au lieu d’accéder au bien-être, on ressent un profond mal-être.

L’état de bien-être peut être atteint simplement. Il suffit de penser de façon positive. Et même avec un véritable état de fatigue, si vous êtes persuadée que vous vous sentez bien, cela provoquera naturellement un bien-être agréable. Portez donc désormais plus d’attention à votre petite voix intérieure. Si elle vous suggère des pensées négatives, dites à haute voix que vous avez la pêche et que vous êtes totalement disposée à affronter la journée avec vitalité.

Bref, pour mieux vivre, nous avons tous besoin d’équilibre, en particulier notre corps et notre organisme. Pour cela, plusieurs paramètres doivent être pris en compte. Et pour le bien de notre équilibre physique et émotionnel, nous devons aussi faire beaucoup d’efforts. Cet équilibre contribue énormément à notre longévité.

L’aromathérapie

Qu’est-ce que L’aromathérapie

Les plantes ont de nombreuses vertus thérapeutiques et sont largement utilisées dans le domaine de la médecine.

Différents modes de traitement sont utilisés, et, parmi eux, la plus connue est certainement l’aromathérapie ou traitement par les arômes des plantes.

Dans cette méthode, ce sont les extraits aromatiques des plantes et leurs vertus que l’on utilise.

L’aromathérapie : entre science et art

Santé, relaxation, bien-être : l’aromathérapie résumée en 3 mots

L’aromathérapie est un art, celui de savoir choisir quel arôme d’une plante peut se marier avec celui d’une autre plante. Il faut avoir un sens olfactif développé et les mêmes qualités qui sont recherchées chez les « nez » des parfumeurs.

L’objectif de l’aromathérapie est de concevoir une ambiance, d’amener l’esprit à un certain niveau de sensitivité, de la même manière que l’on pourrait le faire pour l’intérieur d’une maison avec le Feng-Shui.

C’est aussi et surtout pour prendre soin de la santé qu’on a recours à l’aromathérapie, c’est ici qu’on touche au domaine de la science avec l’intervention de la chimie et de la biologie.

Les traitements dans le cadre de l’aromathérapie sont basés sur l’utilisation des huiles essentielles, ces dernières agissant tant sur le corps émotionnel que sur le subconscient.

A chaque stimulation de l’odorat, on stocke dans l’une des cases de notre mémoire le souvenir de l’odeur ainsi que les comportements qui s’en suivent, c’est sur cette « programmation » que les spécialistes vont travailler. Ce sont justement ces souvenirs d’odeurs qui seront exploités pour nous procurer santé et bien-être.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les initiés se servent d’huile essentielle pour parfumer leur lieu de travail. En effet, en éloignant stress et anxiété du bureau, les salariés sont plus productifs.

L’aromathérapie relève aussi de la science puisque c’est grâce aux travaux des scientifiques qu’on peut savoir si l’odeur d’une telle ou telle plante a un effet positif sur l’organisme humain. En parlant de scientifiques justement, il faut savoir que :

  • le botaniste fait des recherches sur l’identité d’une plante,
  • le chimiste étudie la composition des cellules d’une plante,
  • et enfin le biologiste cherche les vertus thérapeutiques d’une plante.

Au niveau de l’outil, il y a ce qu’on appelle aromatogramme qui permet d’évaluer et de déterminer les propriétés des plantes et leurs huiles essentielles

Zoom sur les huiles essentielles

Flacons d’huile essentielle de lavande

Les huiles essentielles sont un concentré de bien-être et de relaxation. Leur utilisation se développe de plus en plus rapidement, mais il faut néanmoins veiller à prendre quelques précautions lors de leur utilisation.

L’huile essentielle est la substance extraite de la sécrétion naturelle de la plante et ce, notamment au niveau du calice, de la tige, de l’écorce, etc., ce sont les cellules de la plante qui contiennent cette sécrétion.

Du fait de leur extrême volatilité et de leur caractère lipophile, les huiles essentielles ont la caractéristique d’avoir une excellente diffusabilité, que ce soit à travers la peau (massage), par voie aérienne (en utilisant un bruleur), ou par ingestion (par exemple avec la cuisine aux huiles essentielles).

C’est ce qui confère aux huiles essentielles leur intérêt et leur efficacité.

Leur utilisation est très ancienne, puisque dès l’an 1000 de notre ère, le médecin Avicenne mis au point le procédé de distillation, qui fut importé en Europe et n’a depuis pas fondamentalement évolué. Mais ce n’est que depuis les années 1970 que la communauté scientifique a réellement commencé à étudier les propriétés des huiles essentielles et d’identifier leurs molécules.

Il existe plus de 400 essences d’huiles essentielles, mais en aromathérapie, seule une quarantaine de ces essences est utilisée.

Méthodes d’extraction des huiles essentielles

Les scientifiques ont mis au point divers procédés pour extraire l’huile essentielle d’une plante à savoir :

  • Extraction par distillation à la vapeur d’eau : C’est le procédé le plus courant, à l’exception des huiles essentielles des hespéridés comme l’orange et le citron.
  • Extraction aux solvants volatiles : Elle requiert l’utilisation d’un appareil appelé « extracteur de Soxhlet ».
  • Extraction par expression à froid : Les plantes sont pressées à froid, sans chauffage.
  • Extraction au CO2 supercritique : Elle exige une installation onéreuse mais reste la méthode d’extraction la plus complète et la moins dégradante.

Les vertus thérapeutiques des huiles essentielles

  • anti-infectieuses : antibactériennes, antimycotiques, antivirales, antiparasitaires, insectifuges et insecticides (citronnelle de Ceylan, camphre du camphrier du Japon, etc.)
  • anti-inflammatoires
  • expectorantes, mucolytiques
  • antihistaminiques
  • antispasmodiques
  • antalgiques, analgésiques et anesthésiques
  • calmantes, hypnotiques et anxiolytiques
  • propriétés endocrino-régulatrices
  • propriétés digestives et antitoxiques
  • antivenimeuses
  • antirhumatismales
  • stimulantes ou apaisantes
  • aphrodisiaques

Comment utiliser les huiles essentielles ?

L’utilisation de toute huile essentielle exige un minimum de prudence car la substance extraite des plantes est très forte.

Cette puissance du produit nécessite de prendre des précautions, voici quelques recommandations :

  • Il ne faut prendre que des huiles essentielles de qualité, pures, naturelles, et biologiques.
  • Il ne faut prendre que des huiles essentielles de qualité, pures, naturelles, et biologiques.
  • Ne jamais chauffer une huile essentielle pour la diffuser.
  • Il ne faut jamais administrer les huiles essentielles par voie intraveineuse ou intramusculaire.
  • Sans avis médical, ne jamais ingérer d’huiles essentielles.
  • Les personnes allergiques doivent faire un test avant d’utiliser une quelconque huile essentielle.
  • Les femmes enceintes ne doivent pas en utiliser pendant le premier trimestre de la grossesse.
  • Il faut toujours se laver les mains après un massage ou application cutanée.
  • Il faut placer les tubes d’huile essentielle hors de la portée des enfants.
  • En cas d’ingestion accidentelle, ingérer immédiatement une huile grasse telle que l’huile d’olive ou l’huile de tournesol, puis contacter le centre antipoison le plus proche.

L’aromathérapie dans le domaine de la cosmétique

On peut utiliser les huiles essentielles dans d’autres domaines. Elles entrent notamment dans la composition de produits de beauté.

Pour les soins de la peau par exemple, voici quelques huiles essentielles fréquemment utilisées :

  • pour une peau mature : rose, encens, néroli, géranium, palmarosa
  • pour une peau normale : lavande, géranium
  • pour une peau mixte : citron, lavande
  • pour une peau grasse : tea tree, genévrier, cyprès, bergamote, citron, pamplemousse
  • pour une peau sèche : rose, bois de santal, géranium, camomille, néroli, palmarosa
  • pour une peau sensible : camomille, rose