Archives de catégorie : Arts Divinatoires

la numérologie pour les nuls

La numérologie

La numérologie késako ?

La numérologie est une science alternative. Les pseudo-sciences ou sciences alternatives sont des disciplines scientifiques ne respectant pas les grandes lignes de la méthode scientifique. Ainsi, la numérologie est un système de doctrines basé sur la propriété surnaturelle des nombres. En quelques sortes, la numérologie porte son étude sur le pouvoir des nombres, sur la vie des hommes.

La numérologie et sciences mathématiques

Cette doctrine puise ses origines dans le judaïsme, religion juive, notamment dans la Kabbale. Il est essentiel de préciser que la numérologie se rapproche des sciences mathématiques ; dans les religions judaïques citées précédemment, la gématrie est fortement sollicitée par la discipline. Cette dernière est une forme d’étude des textes qui servait beaucoup dans l’interprétation des phrases. On utilise la gématrie pour interpréter certains passages de la bible hébraïque. La gématrie a pour principe de faire une somme de la valeur numérique des lettres et des phrases pour obtenir les commentaires. La numérologie est alors une science très ancienne. Elle n’est pas une exclusivité de la civilisation hébraïque, le fait est que cette culture a su mieux la mettre en évidence. Alors, des traces de l’histoire des nombres étaient présentes dans les anciennes sociétés chinoise, hindoue et grecque.

Le principe de la numérologie

Dans l’ensemble, le principe de la numérologie s’avère être simple et facile à comprendre. Ce code repose sur l’association de fréquence vibratoire à la valeur numérique qui représente une lettre. Chaque lettre a donc sa grandeur numérique qui, à son tour, est assimilé à un pouvoir vibratoire. Ainsi, par exemple, pour les 26 lettres de l’alphabet francophone, on se retrouve avec 26 valeurs. Il existe deux grandes catégories dans la numérologie : La numérologie à 9 nombres et celle à 22 nombres. La seconde prend ses racines dans la Kabbale.

La numérologie à 9 nombres ou « numérologie récursive à 9 nombre », de nature récursive, a la prétention de considérer l’influence du génie de chaque langue. Elle fait usage d’un tableau appeler « table des 9 nombres ». Cette table comporte 9 colonnes et 4 lignes. Dans la première ligne, sont placés les chiffres de 1 à 9. Ce sont les lettres de l’alphabet qui remplissent les autres cases du tableau. Par ce rangement, on obtient la correspondance en nombre des lettres. Pour obtenir le nombre d’une personne, d’un mot ou d’une phrase, on fait la somme des lettres. La méthode récursive réduit alors la somme par une autre addition. En obtenant le nombre, il est possible de faire une interprétation directe par le biais d’un tableau informatif. Pour des personnes de langues différentes mais avec un nom similaire, on se retrouve forcément avec des résultats distincts. Cette numérologie prend compte de la langue de chacun. La numérologie à 22 nombres est la discipline primaire. Cependant, elle est moins connue et plus compliquée que son homologue occidental latin, celle à 9 chiffres.

On assimile plus la doctrine à un art qu’à une science. Il est parfois fréquent de se trouver en présence d’affirmation comme quoi la numérologie est un art divinatoire basé sur les nombres. A l’instar de l’astrologie, elle a pour prétention de pouvoir faire des prédictions sur le caractère des individus et même de lui dévoiler son avenir. Tout cela se fait par l’interprétation de mots ou de nom par l’intermédiaire des chiffres.

Au fil des décennies, son importance dans le quotidien de l’homme n’a cessé de grandir. Malgré son attribution de pseudo-science, de nombreux scientifiques ont pris la décision de s’orienter vers elle. Dans les années 70, la numérologie commence à avoir beaucoup de succès aux Etats-Unis. Notamment avec Kevin Avery qui a su imposé cette doctrine dans son pays. L’étude de la numérologie était pour lui la loi divine qui pourrait faire de la Terre un monde meilleur. Le numérologue américain était le premier à commercialiser la numérologie. Il a fait que la discipline soit accessible aux particuliers et aux entreprises. C’est dans le milieu des finances que le chercheur va rencontrer un franc succès. A la bourse new-yorkaise de Wall Street, il est considéré comme le pape de la numérologie. Il a même un journal à son actif, un éditorial qui traite des prévisions des fluctuations boursières.

Actuellement, le succès que rencontre la numérologie dans les pays du Nord est sans équivoque. Tout comme l’astrologie, elle profite de l’engouement de la masse vers les sciences alternatives. L’homme a atteint un degré où la science rationnelle ne peut toujours pas répondre au sens de la vie, à nos origines exactes et à la question de notre avenir. Les pseudo-sciences offrent plus d’alternatives que l’on ne peut ni contredire, ni prouver. C’est la demie mesure de ces disciplines alternatives qui attire les gens.

On consulte la numérologie pour de nombreuses raisons. Les entreprises font appel à des numérologues pour surtout rentabiliser leurs placements. A chaque grande opération, elles imposent tout le temps une étude des nombres par le biais de cet art. Les particuliers constituent aussi un bon marché pour les chercheurs de la doctrine. Quand une personne est un adepte de l’astrologie et du tarot, elle consulte obligatoirement aussi la numérologie. Les gens de l’époque contemporaine ont cette tendance de toujours vouloir connaître leur avenir pour se soustraire de la dure réalité du monde.

Dans son expansion, cette science des nombres a su profiter des moyens de communication de l’ère moderne. Rien qu’en prenant le cas du Web, on constate que la toile est maintenant envahie par une multitude de sites en rapport avec la numérologie. L’outil Internet a fait que la pensée touche le maximum de gens. Dorénavant, on peut consulter les services d’un numérologue via son téléphone cellulaire ou son ordinateur portable. De ce fait, les consultants n’ont plus besoin de se déplacer pour une consultation. Dans le monde de la presse écrite, il y a aussi des éditoriaux qui traitent ce sujet.

La numérologie remonte à des temps très anciens, une époque où Les philosophes lui assuraient déjà un très grand intérêt. Au cours de l’histoire, son importante n’a fait que s’accroître, notamment dans le domaine de la religion, plus précisément avec le Judaïsme et l’Islam. Avec les diverses évolutions des sociétés, la science des nombres a su conquérir une place dans le quotidien des hommes. Dans la société moderne, la numérologie a su se faire indispensable et incontournable.

La Cristallomancie

Lorsque l’on parle de boule de cristal, l’on ne peut ne pas se référer à la voyance. La cristallomancie est la voyance à travers les surfaces réfléchissantes. D’un arrondi parfait et taillée dans du cristal d’une pureté irréprochable, la boule de cristal a longtemps fasciné et est au centre des multiples supports de voyance, si elle n’est pas la représentation idéale des arts divinatoires. Quant à ses origines, la cristallomancie fait l’objet de nombreuses théories, les uns la datant de l’époque des Perses, les autres la situant chez les peuples nomades. Si la dernière hypothèse est la plus répandue dans l’histoire de la cristallomancie, l’on peut très bien situer les prémices de cet art divinatoire du temps des magiciens de Perse qui pratiquaient déjà la catoptromancie.

La voyance à travers les surfaces réfléchissantes.

La catoptromancie fait en effet appel à un miroir si auparavant l’eau était utilisée comme simple support. Comment ne pas faire le lien si « Miroir magique » est l’autre appellation que l’on donne à la boule de cristal. Mais comment peut-on lire dans une boule de cristal ? Miroir ou eau, la boule de cristal rassemble pratiquement toutes les caractéristiques de ces deux supports permettant la divination. Le cristal de roche possède en effet des propriétés chimiques et énergétiques. Sa pureté lui permet de capter les diverses lumières, les mouvements ou encore les formes. Le réfléchissement délivre des messages que le voyant interprétera dans la lecture de l’avenir, du passé ou voire même du présent. Sa magnétisation permet notamment de ressentir son énergie et ses propriétés psychiques par son accumulation des fluides. La pratique de la cristallomancie demande une extrême sensibilité. Les perceptions extrasensorielles du voyant seront sollicitées afin que ce dernier puisse percevoir les images ou les formes délivrées par ce support.

La pratique de la cristallomancie

La pratique de la cristallomancie demande d’autre part, une préparation aussi bien au niveau du mental que celui de l’aménagement de l’environnement de la voyance. De la sorte, il faut veiller à ce que la séance se passe dans un endroit calme, peu éclairé – de préférence la nuit –, et de travailler sur une table en matière naturelle, comme le bois. Une séance de méditation permettra de mieux sensibiliser la conscience et le subconscient et d’ouvrir le Troisième œil. Une fois concentré sur la question à poser, il est temps de plonger au cœur du cristal, de “voir” puis d’interpréter les images ou les messages qu’il délivre. L’interprétation  est très subjective, une pratique de plusieurs années est nécessaire pour une interprétation affinée de tout signe. C’est peut-être un des supports de voyance le plus dur à pratiquer, et, le savoir qu’il exige ne se transmet que de génération en génération, avec le don inné nécessaire à ce type de voyance. Formes, couleurs, sont des paramètres symboliques déterminants lors de l’exercice de cet art divinatoire. Amitié, Amour, chance, tromperie, souffrance, prospérité, espoir, chaos, tout présage y est décelable, mais les interprétations sont infiniment subtiles.

La Magie Blanche

Qu’est-ce que la Magie Blanche

Il existe différents types de sorts d’amour de magie blanche pour répondre à tous les aspects d’une vie amoureuse

La Magie blanche c’est la Magie Pure, une de celles qui remontent à la nuit des temps, son domaine est très vaste et son action est toujours dans le positif ou la prévention. Cette magie est particulièrement utilisée pour résoudre les problèmes de l’existence pour des domaines d’action très spécifiquement ciblés et aussi pour se protéger d’éventuels dangers. Bien que simples, les rituels doivent être parfaitement exécutés et, en cela, cette magie n’est pas anodine contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, car même si cette dernière n’utilise que des forces naturelles , des énergies environnantes, elle reste néanmoins un outil puissant et capable d’obtenir des résultats on ne peut plus satisfaisants.

Magie blanche pratiquée par des “avertis”

Lorsqu’elle est parfaitement utilisée et pratiquée par des “avertis”, la magie blanche est capable de modifier le cours des événements. Les domaines privilégiés de pratique de la Magie Blanche sont sans conteste la Magie Blanche de protection et la Magie Blanche de l’Amour. la Magie Blanche est aussi utilisée pour le domaine professionnel et le secteur de la chance .

Comme chaque art divinatoire, la Magie Blanche a donc ses domaines de prédilection cités précédemment, et bien sûr, connait également ses limites. En effet, si son utilisation trouve sa justification dans des actes bénéfiques et seulement dans des actes bénéfiques, elle ne permet toutefois pas d’agir sur la santé pour guérir ou soigner, si ce n’est le fait d’agir sur le moral et la volonté, ce qui peut tout de même aider dans certaines situations.

Le mage qui pratique la magie blanche est toujours un Sage

Le mage qui pratique la magie blanche est toujours un Sage, il possède un puissant magnétisme, un magnétisme suffisant pour agir à distance souvent avec support (photo, vêtement…) mais parfois sans. Sa force mentale se ressource en méditations profondes, il est fréquemment isolé et possède un Don de soi hors du commun. Cette pratique repose sur la puissance de l’esprit humain conjuguée avec des forces surnaturelles puisées dans les énergies environnantes , ce qui n’est possible que grâce à un long et savant apprentissage. Très peu de Mage ont le pouvoir de concentration requis pour que la force mentale bien déterminée, orientée et ciblée puisse influer efficacement sur le matériel et sur les êtres.

Magie Blanche et rituels

La Magie Blanche fait appel à des rituels, ces derniers étant aussi divers et variés que les objectifs poursuivis. Les rituels commencent toujours par des rituels de purification et de concentration pour accroître l’énergie efficace et les échanges spirituels suivant le but à atteindre. L’utilisation de la purification par le sel, l’eau est fréquente, parfois additionnée de plantes rares ou d’encens, toujours suivant l’objectif déterminé. Les bougies jouent aussi un rôle conducteur et de transmission. Chaque Mage ou Sage utilisera des variantes différentes suivant sa formation spirituelle première et fondamentale.

La Magie Blanche se doit de n’être pratiquée que par un maître spirituel , c’est le secret de sa force et de sa réussite, il faut toujours faire appel à un Mage expérimenté car aucune des magies n’est simple quand le but à atteindre est précis et délicat.

La Chiromancie

La chiromancie : l’avenir dans les lignes de la main

Qu’est ce que la chiromancie ?

La chiromancie est l’art divinatoire permettant de lire l’avenir dans les mains

L’Homme depuis toujours, a voulu prendre connaissance de son avenir aux travers de divers types de voyance, voulant interpréter habituellement des signes du monde extérieur à l’aide de la cartomancie, comme l’astrologie, ou la numérologie. La chiromancie est distincte, vu qu’elle repose exclusivement sur la lecture des lignes de la main.

Les mains contiennent des centaines de lignes, formes, symboles et autres particularités qui sont uniques à chaque personne. Cette représentativité des lignes, fait de nos mains une énigme ésotérique singulière, que la chiromancie essaye d’éclaircir.

La chiromancie représente le propre de chaque individu car nous avons tous des mains uniques et il n’y a pas deux paires de mains qui se ressemblent dans le monde. On y découvre notre caractère inné, notre évolution intégrale, en résumé, toute notre vie.

Ceux qui ont les premiers essayer de percer les secrets de nos mains, furent les Indiens il y a des milliers d’années, sur cette terre mystique qui a vu naître certaines des plus grandes spiritualités humaines, a ainsi conçue puis répandu la chiromancie de l’extrême Orient en Europe, ou on lui trouva son nom.

Comme avec toutes les formes de divination païenne, la Chiromancie fut discréditée par la religion chrétienne. Au Moyen Age, bien que l’église de Rome s’opposa a la chiromancie, elle fût pratiquée secrètement par des bohémiens.

La chiromancie, cette science, longtemps observée sous son aspect mystique, enseigne sur la personnalité et le caractère de chaque individu à partir des lignes de la main, apporte beaucoup sur la connaissance de la personne. Cet art divinatoire s’est largement développé au fil des ans, de part sa gratuité et sa lecture personnalisée, au point de devenir une pseudoscience considérablement codifiée. Malgré cette codification, la chiromancie demeure accessible à toute personne s’intéressant à l’ésotérisme, conservant un esprit ouvert et curieux sur des grandes questions existentielles de la vie. Certains vont rechercher la vérité de leur destinée à l’aide de lointains voyages ou de périlleuses expéditions, cependant le secret de notre vie se trouve vraisemblablement dans la paume de notre main, il suffit de savoir déchiffrer les significations de ces lignes. Commencez par minutieusement analyser le creux de chacune de vos mains, vous y découvrirez des signes révélateurs sur votre destinée et sur votre personnalité.

Nos mains, dans la chiromancie, s’agencent autour de trois principales lignes : celle de la vie, du cœur et de la tête ; à celles-ci parviennent à s’amalgamer des lignes secondaires, celle du destin, de la chance, la santé, et enfin celle de la sexualité.

Les lignes de la main dans la chiromancie

La ligne de la main santé

La ligne de santé

La ligne de santé est très singulière : l’absence de celle-ci est un très bon signe. C’est synonyme d’une constitution solide, d’un système nerveux en parfait état, en un mot une vie sans ennui de santé. Cette ligne, quand elle apparaît, commence, en principe, du poignet, pour s’achever sous l’auriculaire.

Quand la ligne de vie informe de notre longévité théorique à notre naissance, la ligne de santé avertit des inquiétudes physiologiques dues à notre mode de vie.

Usuellement, quand la ligne de santé entrecroise la ligne de vie, ce croisement expose la date de la mort même si la ligne de vie se poursuit au delà.

Pour établir un diagnostic, être sur que les deux lignes sont aussi distinctives et visibles l’une comme l’autre.

Lorsque la ligne de santé s’immobilise à la ligne de vie, on parle fréquemment de troubles digestifs, d’appréhension ou de craintes fréquentes nonobstant un cœur solide. Prenez garde aux régimes alimentaires !

Quand la ligne de santé très nettement parcourt la main sans effleurer la ligne de vie et en ne lançant aucun changement, la santé demeure solide tout au long de la vie.

Si la ligne de santé est découpée, c’est un signe de mauvaise marche du foie et du système digestif en général, ce qui amène un manque de tonus au quotidien.

Si elle se subdivise vers la ligne de cœur, des ennuis cardiaques sont à craindre.

Des îlots en bout de parcours peuvent amener des craintes de maladies respiratoires.

Une étoile sur la ligne de santé est signal d’infécondité.

Un îlot en début de ligne de santé, représente une aptitude au somnambulisme.

La ligne de la main cœur

La ligne de cœur

La ligne de cœur entretoise la main, habituellement de la base de l’index et se termine sous l’annulaire. Elle nous informe sur l’affectivité de la personne. Son absence est l’indice d’un naturel insensible.

Si la ligne est droite, les sentiments souvent toujours contrôlés par l’esprit. Tendance à être froid; sans quoi la séduction est plus intellectuelle que physique.

La longueur de la ligne de cœur a un ample impact. Celle-ci ce termine généralement, sauf rares exceptions, sous l’auriculaire.

Si la ligne de cœur dessine une courbe, l’émotion prend le pas sur la réflexion et la faculté d’aimer est généreuse.

Des petites lignes prenant leurs sources au niveau de de la ligne de cœur en remontant sont un signe, d’émotivité, d’affection, de générosité sociale.

Si elles descendent, la personne a du mal à captiver et garder l’affection d’autres individus.

La propriété de la ligne de cœur, comme pour toutes les autres lignes, renseigne sur la qualité et la puissance des sentiments que la personne porte en elle.

Quand elle est évidée, fine, bien exprimée, c’est un bon signe.

Lorsqu’elle est large, c’est l’instinct primaire, la satisfaction exclusivement physique qui commande.

La ligne de la main sexualité

La ligne de la sexualité

La ligne de sexualité ou parfois dites de mariage se place sur le flanc de la main sous l’auriculaire. On prend en considération la ligne la plus distinctement marquée car il y en a fréquemment plusieurs.

Si la ligne est propre et sans courbures, c’est signe d’union heureuse.

Quand elle est proche de la ligne de cœur, un mariage aura lieu vers la fin de l’adolescence. Moins elle se situe près, moins le mariage sera dans la jeunesse.

Lorsqu’il y a plusieurs lignes faibles, cela indique plusieurs relations sans mariage.

Quand la ligne est d’aspect remontante, elle indique un refus de mariage, le célibat étant privilégié.

Si elle remonte en se confondant avec la ligne du Soleil c’est un mariage brillant et chanceux qui est réalisable.

Quand elle descend en croisant la ligne du Soleil, c’est la déchéance suite à un flamboyant mariage.

La fourche distinctive à l’origine, signale des obstacles à s’adapter au début de du mariage. Ces difficultés s’éteindront si la ligne redevient très nette.

Un trident vers la fin et c’est un désaccord au sein du mariage vraisemblable.

Les fugaces lignes perpendiculaires à la ligne de mariage dévoilent le nombre d’enfants.

Si jamais une de ces lignes tombe jusqu’à la ligne de cœur, l’enfant sera favorisé au détriment du conjoint.

La ligne de la main tête

La ligne de tête

Cette ligne traverse la paume de la main. Elle s’attache à comprendre la vie de l’esprit. Elle est très importante car, pour exemple, même avec une ligne de chance très marquée, la réussite ne peut pas se concrétiser sans discernement et détermination.

La ligne au niveau de son point de départ est située plus ou moins proche de celui de la ligne de vie.

Lorsque ce point de départ se discerne à l’intérieur de la ligne de vie la personne possède un caractère très sensible, émotif, agité, pointilleux, colérique. Caractère très ardu, influençable par n’importe quels événements extérieurs.

Si le point de départ se trouve au même endroit que le départ de la ligne de vie, la sensibilité est élevée, et fréquemment le sujet endure la souffrance d’un complexe d’infériorité.

L’étude de la direction précise de la ligne permet de nuancer le jugement.

La ligne de tête distincte de la ligne de vie annonce un jugement véloce, une capacité de penser importante et une rare intelligence.

Quand la séparation entre le départ des deux lignes est ample, on note des problèmes à se concentrer durant de longues périodes, de la frivolité ; si cet espace devient plus grand, on remarque avec le temps des troubles pathologiques physiques.

La déclivité de cette ligne demeure très variable.

Une forte inclinaison montre un esprit artistique et inventif, voir original. Une certaine appétence pour l’aventure quelquefois des voyages.

Si la pente est faible, l’esprit est efficace, structuré, et fortement déductif.

Si la ligne est droite, on parle de perception du réel, de logique, de souci des possibilités matérielles. On dénote un manque de fantaisie.

Si la ligne est pentue, il est à craindre un caractère froid et distant envers les autres individus et une rigidité de raisonnement.

L’étendue de la ligne de tête est également à regarder, sa longueur amène certaines explications secondaires.

La ligne de tête se termine habituellement en divergeant. C’est le signe d’un talent artistique ou littéraire lorsque la ligne est longue.

La ligne de la main Solaire

La ligne solaire

Elle est visible dans quasiment la moitié des mains.

Elle est parallèle à la ligne de destinée. Elle démarre en différents points mais elle se termine constamment sous l’annulaire.

Une ligne solaire partant du poignet et finissant à l’annulaire est extraordinairement rare, c’est un signe de réussite totale, à tous niveaux. L’individu à une confiance importante en lui, est brillant et entreprenant.

Si la ligne Solaire part du milieu droit de la paume, c’est un signal de réussite due à de la persévérance, l’ambition n’étant comblée qu’au fur et à mesure.

Quand elle part de la ligne de tête, logiquement la réussite provient des facultés cérébrales, d’une volonté supportée par l’intelligence.

Si la ligne Solaire part au niveau de la ligne de coeur, le succès arrivera plus tard, usuellement d’origine artistique.

Si elle part de la ligne de vie, le succès sera du à de gros efforts personnels sans beaucoup d’aide extérieure.

Lorsque la ligne commence au mont de la Lune, communément le côté droit du poignet, c’est un succès souvent en rapport à des talents artistiques et décroché avec l’aide de personnes de sexes opposées.

Quand elle prend naissance entre la ligne de tête et la ligne de cœur, des difficultés sont attendues avant de parvenir au succès. Cela note un esprit brillant qui est amené à réussir.

Quand on distingue plusieurs lignes solaires comparables, la personne possède des dons multiples qui peuvent s’épanouir plus ou moins avec toutefois un danger d’éparpillement des talents dans plusieurs domaines.

La ligne de la main vie

La ligne de vie

La ligne de vie commence au bord de la main, entre le pouce et l’index, esquive le mont Vénus et la ligne s’achève au niveau du poignet.

Cette ligne nous renseigne sur la vitalité de l’individu.

Tout comme avec les autres, la ligne de vie lorsqu’elle est fortement marquée est un signe positif de vitalité et de capacité à surmonter les difficultés sur le plan physique.

Une ligne large est le signe d’une forte puissance musculaire, en contrepartie fréquemment d’une certaine faiblesse psychologique.

La signification de la courbure de ligne est beaucoup plus importante que pour les autres lignes de vie.

Quand elle contourne très distinctement le mont Vénus, c’est signe de bonne constitution physique, d’une sexualité épanouie à toute âge.

Lorsque la courbure est très peu exprimée, la libido est en recul, le tonus vital est déprimé, l’égoïsme peu survenir plus fréquemment.

Si la courbure est déportée vers le mont de la Lune, partie de la main qui est situé coté droit du poignet, c’est l’expression d’un goût prononcé pour le changement.

Quand des petites lignes secondaires prennent la direction du mont de la Lune, c’est l’expression de l’attirance pour les voyages, les grands espaces, et les découvertes.

La ligne de vie, traditionnellement, nous en apprend plus sur la longévité de la personne, mais il convient d’en nuancer la portée ; car la qualité du dynamisme est prit en compte, tout autant que la longueur de la ligne de vie.

La ligne de la main chance

La ligne de chance

Énormément de personnes croient au destin, aux symboles de chance. Les augures des prophètes sont elles différentes de l’expression de la prédiction ? Rien ne nous empêche de croire à cette ligne que les chiro logues montrent comme l’une des plus importantes, celle qui indique les événements de la vie ?

La ligne de chance coupe verticalement la paume de la main.

Lorsque elle part de la ligne de vie, le succès n’est du qu’a soi-même. La réussite ne provient pas de son milieu social, de l’argent de ses parents, ou de l’aide d’une tierce personne.

Quand elle commence au poignet et se prolonge jusqu’au mont Saturne, situé à la base du majeur, en étant bien exprimée, c’est de la chance et du succès toute la vie.

Si elle part du mont de la Lune, c’est le signe d’une vigoureuse personnalité, très social, à l’aise en communauté. Réflexion indépendante, et grand esprit d’analyse.

Lorsqu’elle est rejointe par une ligne supplémentaire éclosant du mont de la Lune, c’est une aide extérieure, habituellement, du sexe opposé.

Quand elle part du centre de la main, la réussite sera laborieuse à venir et rude, mais la détermination de l’individu battra les obstacles se présentant sur sa route.

Si elle est accolée à la ligne de vie sur une courte distance, elle annonce des difficultés passagères qui disparaissent dès que la ligne redevient unique.

Lorsque elle croise la ligne de vie, la famille viendra à votre secours.

Quand elle est interrompue à un certain instant, la chance trépasse durant cette époque.

Si elle s’immobilise à la ligne de tête, c’est le sceau d’une impuissance psychologique qui opacifie la réussite.

Lorsque elle se fige à la ligne de cœur, ce sont les émotions et sentiments de l’individu qui bloquent les succès, cela peut prendre un certain temps pour contrebalancer ces inconvénients.

Quand elle se termine à la base du majeur, la réussite matérielle et financière sont en péril, des difficultés peuvent survenir.

Si elle s’achève à la base de l’index, c’est une aptitude à prendre le commandement, en sachant mettre de coté les sentiments.

Lorsque elle se finit à la base de l’annulaire, nous sommes en présence d’un individu à la personnalité originale qui recherche la notoriété ou au moins un succès d’estime.

La radiesthésie

Qu’est ce que la radiesthésie ?

La Radiesthésie est un art divinatoire qui se pratique notamment à l’aide d’un pendule

La radiesthésie regroupe un certain nombre de techniques, utilisant divers instruments, pour faire une quelconque recherche sur l’avenir. Cela peut concerner soit des êtres vivants soit des objets inanimés. Elle est également considérée, dans les temps anciens et même jusqu’à nos jours, comme une science divinatoire intuitive. Elle se définit comme la faculté que possèdent certains humains à être sensibles à des vibrations émises par la matière.

Cette pratique se fonde sur l’hypothèse que tous les corps présents dans l’Univers ont été créés avec des vibrations d’une même source. Dans cette optique, il est normal que ces corps aient une influence particulière les uns sur les autres.

Par ailleurs, il est aujourd’hui constaté l’existence de deux interprétations de la radiesthésie qui sont la radiesthésie physique et la radiesthésie divinatoire.

Historique de la radiesthésie

Étymologiquement, le terme « radiesthésie » vient de l’association du mot latin « radius » ou rayon avec celui du grec « aisthêsis » qui signifie sensibilité.

La radiesthésie tire son origine de la rabdomancie, qui est une pratique rencontrée depuis la plus haute Antiquité. Durant cette époque, cette ancienne forme de radiesthésie était utilisée pour détecter des cours d’eau souterrains, mais aussi des minéraux enfouis au plus profond de la terre.

Des fouilles archéologiques ont mis au grand jour des gravures, représentant des rhabdomanciens en exercice, dans le Tassili au nord du Sahara et qui sont datées de 8000 ans.

Elle fut également rencontrée dans plusieurs civilisations comme chez les Esquimaux, les Sumériens, les Égyptiens, les Hébreux, les Brahamas de l’Inde mais surtout chez la civilisation gréco-romaine antique. Durant le règne de Louis XIII, le recours à ce genre de pratique, par le baron de Beausoleil et de son épouse Martine de Bertereau, leur permettra de déceler 150 mines en France.

En l’an 1693, le père jésuite Le Lorrain, sous le pseudonyme d’abbé de Vallemont, sortit un livre en rapport à la rhabdomancie, qui s’intitula La physique Occulte ou Traité de la Baguette Divinatoire.

Comme la pratique de cet art divinatoire fut interdite par l’Église, durant cette période de l’histoire, ce livre fut mis à l’index en 1701. C’est avec l’abbé Bouly (1865-1968) que le nom de rhabdomancie pris celui de radiesthésie.

Par la suite, on sollicita énormément l’abbé Mermet pour trouver des sources sur plan, mais également des sources thermales. Des scientifiques d’origine allemande à savoir les docteurs Hartmann, Curry et Wissmann ont découvert des réseaux telluriques respectivement en 1948, 1949 et en 1952.

Les instruments rencontrés dans la pratique de la radiesthésie

Les outils utilisés pour pratiquer la radiesthésie sont multiples : le pendule, les rade master, le lobe Hartmann, l’antenne Lecher, et beaucoup d’autres.

En tout les cas, chacun de ces instruments a son propre domaine d’intervention.

  • Le rade master est utilisé pour repérer de l’eau, des failles ou des réseaux curry. Cet objet est composé de deux baguettes en cuivre, courbées à un angle de quatre-vingt-dix degré, et dont la partie verticale est contenue dans un petit tube, également de cuivre ou de laiton. Ils sont assez faciles à fabriquer et à manipuler. Il faut veiller à être calme et à garder les mains détendues sur les petits tubes.
  • Le lobe Hartmann a été spécialement accordé pour la détection des réseaux du même nom et il n’y a donc aucune raison de l’utiliser pour rechercher les réseaux Curry.
  • L’antenne Lecher, extrêmement intéressante en recherche dès lors qu’on veut faire des mesures spécifiques. Seule l’antenne permet de trouver l’eau stagnante alors que les rade masters sont muets. L’antenne c’est l’idéal pour trouver les corps subtils, l’aura, les directions, les recherches de points, etc…
  • Le pendule est l’outil de recherche dont l’usage est le plus fréquent chez les radiesthésistes. Il existe en différentes tailles (grosses ou petites) et en différents types de matériaux (bois, métal, pierre…). Le pendule est plus sensible aux fréquences et aux vibrations, émanentes des objets à trouver, s’il est réalisé à partir d’une bille de bois de quelques centimètres ou d’un cochonnet de pétanque. Ainsi, il est plus simple et nécessite peu de moyens financiers, pour sa réalisation. La technique de Jacques Barette présente les meilleurs avantages, dans l’utilisation de cet outil. Cela consiste à bloquer la bille entre l’auriculaire et l’annulaire, à laisser le pendule pendre à l’extérieur de la main. Ainsi, les oscillations de la bille se verront croître, dans le cas où l’intervenant se rapproche de l’objet recherché.

Les différents domaines d’application de la radiesthésie

L’application de cette technique dans la recherche d’un point d’eau ou de minerais est, sans aucun doute, la plus rencontrée dans l’histoire de la radiesthésie. Son utilisation dans l’hydrologie est une des plus anciennes.

Le phénomène qui survient dans cette situation peut s’expliquer par la variation du champ magnétique terrestre due au mouvement de l’eau dans le sol et qui fait réagir l’outil utilisé ou même le radiesthésiste.

On peut également rencontrer la radiesthésie dans le domaine de l’agriculture. Pour ce faire, la radiesthésie peut être amenée à définir le type de plantation correspondant au mieux, au type du terrain.

Dans la médecine, la radiesthésie est suscitée pour détecter des dysfonctionnements de l’organisme du consultant ou de découvrir les causes d’une maladie.

Les runes divinatoires

La voyance grâce aux runes divinatoires

Les runes divinatoires

Les Runes: Rune, connue aussi sous le terme « Run » d’un ancien alphabet magique et sacré des peuples germano-scandinaves, signifie « mystère », « murmure », ou « secret ».

Historiquement, les Runes ont pris leurs origines en Europe du Nord. La date exacte de leur apparition est certes indéfinissable, mais il est certain que leur utilisation ne s’étend qu’à partir du II è Siècle avant Jésus Christ. Quand le christianisme s’est propagé, l’utilisation des Runes pour la divination a été de pratique païenne. Les Runes sont donc, en d’autres termes des lettres sacrées, données par les dieux, contenant l’origine de la vie, son développement et sa finalité. Tout au cours de cette vie se cachent beaucoup de mystères qui nous conduisent à connaître la source de notre être.

La méthode divinatoire des Runes a vu le jour au sein des civilisations nordiques, principalement pour planifier et mener les batailles dans le succès. Un autre mythe raconta aussi que les Runes étaient un outil pour fournir des renseignements au Roi Arthur, à ses 12 chevaliers avant qu’ils ne partent à la conquête du Saint Graal.

Les Runes sont tirées du Futhark, un vieil alphabet germanique utilisé par les Celtes, les Germains et les Scandinaves. Selon la légende, le dieu de la guerre Odin était pendu aux branches d’Iggdrasill, l’arbre du monde, pendant neuf jours et neuf nuits pour apporter à l’être humain cette connaissance. La tête en bas, le dieu Odin trouva d’abord les seize premières Runes parmi les racines de l’arbre. Il pourrait donc y avoir une correspondance avec la carte « Le Pendu », douzième Arcane majeur du Tarot de Marseille.

Au début, les Runes étaient taillées sur des galets de pierres, dans le bois, dans le métal ou dans des pierres semi-précieuses. Elles sont constituées principalement par des empreintes verticales et diagonales, et moins horizontales. Les Vikings marquaient les caractères des Runes sur leurs épées ou sur leur maison pour éloigner la malédiction et les forces du mal.

Chaque pays nordique possédait leurs Maîtres des Runes appelés Shamanes. Ces derniers avaient la faculté de prédire l’avenir, d’apporter des soins aux souffrants, d’éloigner les mauvais esprits grâce à leur formule magique.

Au nombre de 24, représentant les 24 constellations vues par les anciens Scandinaves appelées souvent par « ligne rune », les Runes étaient structurées en trois groupes, et essentiellement au nombre de huit pour chaque groupe : L’Oett de Feoh; l’Oett de Hagel et l’Oett de Tyr.

Ces 24 Runes du futhark germanique sont Fehu, Ūruz, Þurisaz, Ansuz, Raidō, Kaunan, Gebō, Wunjō, Hagalaz, Naudiz, Īsaz, Jēra, Eihwaz, Perþō, Algiz, Sōwilō, Tiwaz, Berkanan, Ehwaz, Mannaz, Laguz, Ingwaz, Dagaz et Oþila. Chaque Rune possède son caractère symbolique et, pourra prendre une ou plusieurs significations, selon la position et le sens dans lequel elle a été tirée. Pour une divination très proche et avec plus de précision, les peuples nordiques ont souvent utilisé une 25 ème Rune, qu’on appelle Rune du Destin (Wyrd)

Les 3 groupes de Runes

Groupe de FEOH :

  • Fehu : Symbolise le bétail, l’argent, la richesse; Dieu de la fertilité et origine de toute chose.
  • Uruz : Symbole du bœuf et de la force vitale.
  • Thurisaz : Représente les géants et le tourment des femmes.
  • Ansuz  : Symbolise le sentiment et l’inspiration. Il marque le pilier des ancêtres.
  • Raido : Figure une chevauchée, un chemin ou un voyage dans les obscurités.
  • Kaunan : Matérialise le bateau, la torche, et le canot.
  • Gebo : Désigne les hommages et les sacrifices, les cadeaux et les dons.
  • Wunjo : Marque le confort, la splendeur et le délice.

Groupe de HAGEL :

  • Hagalaz : Représente l’orage, la grêle et la magie néfaste du temps.
  • Naudiz : Incarne le désastre, la tristesse, la servitude, la contrainte et le besoin.
  • Isaz : Symbolise la glace, le froid et aussi le malheur.
  • Jeran : Marque les récoltes et le bienfait du champ, les saisons fertiles. Marque également les années.
  • Eihwaz : Evoque la condamnation de la Magie, les dangers et la mort.
  • Pertho : Incarne le hasard et la sorcellerie.
  • Elhaz : Symbolise l’homme, l’ambiguïté et la fourchette.
  • Sowilo : Signe du Soleil, de la lumière, de la chaleur et de la fertilité.

Groupe de TYR :

  • Tiwaz : Représente le dieu de la Guerre Ziu, la fidélité et la flèche.
  • Berkanan : Représente la déesse Frigg, le mariage et la branche de bouillard.
  • Ehwaz : Symbolise le cheval.
  • Mannaz : Matérialise l’homme et l’humanité.
  • Laguz : Incarne la mer, les lacs, les sources et l’eau.
  • Ingwaz : Symbolise le héros de souche Ingwi.
  • Dagaz : Représente l’origine du feu sacré, le feu et la lumière.
  • Othalaz : Il est le contraire de Fehu et symbolise la propriété foncière

L’utilisation des runes comme art divinatoire

Au début, les Runes étaient utilisées essentiellement pour une divination. Avec leur forme magique, mystérieuse et religieuse, les Runes donnèrent accès à une dimension magique avec les forces de l’univers, du visible, de l’invisible, et de la nature.

C’est plus tard seulement qu’on les a employées dans l’écriture afin de conserver des informations de génération en génération. Dans la littérature, on les utilise également pour avoir plus de véracité profonde. Les écrivains comme J. R. R. Tolkien dans son ouvrage « Le Seigneur des anneaux », Jules Verne dans « Voyage au centre de la Terre », J. K. Rowling et Erik « L’Homme » ont utilisé les Runes dans leur ouvrage. A la différence de l’alphabet Latin, le nom des Runes est affecté à un sens intrinsèque car l’alphabet Latin a lentement évolué.

Actuellement, les Runes sont utilisées pour connaître des messages de prédictions, pour définir une ligne de l’avenir. Elles sont également servies pour trouver une réponse ou pour aider à faire un choix auquel on sera confronté. Elles nous aident afin qu’on puisse voir nos comportements et attitudes d’aujourd’hui, face à notre entourage. Les Runes pourront nous guider aussi vers un choix qui nous sera le plus adapté. Elles servent de miroir à l’âme et nous permettent de voir notre propre image sous un autre point de vue.

De nos jours, on peut dire que la méthode de prédiction des Runes est l’une des plus anciennes. Elles sont moins utilisées que la Tarologie, la voyance pure ou d’autres techniques de prophétie. Mais la véracité de leur utilisation est la même que celles citées précédemment.

L’hépatoscopie et l’empyromancie

Qu’est ce que l’hépatoscopie ou empyromancie ?

L’hépatoscopie est la divination dans les entrailles d’un animal

Des tablettes, retrouvées lors de fouilles archéologiques, ont permis aux chercheurs d’établir le recours à l’hépatoscopie (ou empyromancie) par certaines civilisations du Proche-Orient, principalement celles rencontrées dans la Mésopotamie, mais également provenant de la Grèce antique. Ces vestiges peuvent être perçus comme les gardiens du secret relatif aux différentes traditions divinatoires de ces anciennes civilisations.

En effet, la découverte de maquettes en argile datant de l’Antiquité et représentant des organes d’animaux, nous permet de mettre en lumière une autre forme d’art divinatoire, prisée de ces peuples. Ce genre de science hellénistique est connu sous le nom d’hépatoscopie et peut se définir comme l’analyse de foie d’animaux sacrifiés pour y déceler des informations divines.

L’empyromancie est une extension de l’hépatoscopie, dans le cas où elle tire les prédictions de la combustion de ces organes d’animaux, après leur sacrifice.

Aux origines de l’hépatoscopie

Il n’est plus à démontrer l’importance qu’ont eut ces différentes sciences occultes, dans le fonctionnement des civilisations de l’Antiquité.

En effet, le recours à la puissance divine pour démystifier ce que cache le destin, fut constaté dans tous les domaines de la vie de la société. L’hypothèse la plus fréquente, attribuée à l’origine de l’hépatoscopie, est celle de sa naissance dans les civilisations gréco-romaine de l’Antiquité.

Certes, les recherches démontrent que c’est dans cette partie du globe que les actions des haruspices ou aruspices (devins étrusques qui analysaient les organes d’animaux pour connaître les augures) furent les plus intenses.

Mais la découverte du corpus épistolaire à Mari, un site du Proche-Orient de la période paléo-babylonienne, vient décliner cette première hypothèse. Ainsi, il se trouve que ce document qui parle de l’usage de l’hépatoscopie, est le plus vieux.

En d’autres termes, cet art de prédiction de l’avenir est un héritage laissé par les Sumériens de la période babylonienne, à peu près à la fin du troisième millénaire avant l’ère chrétienne, qui fut ainsi repris par la civilisation grecque antique.

Les pratiques liées à l’hépatoscopie

La divination par le foie

Quoique le type d’hépatoscopie, rencontré dans le site de Mari, se diffère de celui retrouvé dans la civilisation gréco-romaine, dont les traditions semblent plus établies, il n’en est pas moins qu’on retrouve des analogies dans ces deux types d’hépatoscopie.

La place du sacrifice chez ces peuples est aussi considérable que son utilisation dans les rites divinatoires. Il est constaté que, l’assimilation de l’organe du foie à la puissance d’un être vivant, humain ou animal, était une des causes de la naissance de l’hépatoscopie.

Pour cela, le devin observait l’état du foie de l’animal en sacrifice, souvent un mouton, pour y déceler si les évènements futurs dans la vie de la personne ou la communauté, pour qui la consultation fut effectuée, seraient favorables ou non.

Ainsi, si l’organe présentait un bon état, sans qu’aucune pathologie n’ait décimé cette partie, la prédiction divine annonçait un bon augure.

Si dans le cas contraire, le foie du mouton était atteint d’une anomalie quelconque, soit d’après le fruit d’une maladie ou soit d’origine congénitale, les informations annoncées par les dieux n’étaient pas bénéfiques.

Pour être plus explicite dans la démarche à suivre, les devins comparaient les organes vivants avec des modèles en argile ou en bronze, sur lesquelles il y avait des inscriptions servant à identifier l’intervention de la divinité, rattachée à la partie où la malformation était aperçue.

L’hépatoscopie est donc une pratique à travers laquelle les dieux annonçaient leur desiderata, par le biais du devin, qui est un intermédiaire, et utilisant le foie de l’animal sacrifié comme un support d’information.

L’empyromancie : une variante de l’hépatoscopie

Comme il est mentionné plus haut, l’empyromancie se distingue de sa grande sœur par l’interprétation de l’ignition des différents organes. La plus connue est la combustion du viscère des animaux apportés en sacrifice.

Pour cela, les présages pouvaient être tirés de la façon dont les organes brûlaient, mais également par la couleur de la flamme, le crépitement du feu ou l’apparition des fumées.

Les bons présages étaient annoncés par des flammes claires et transparentes, sans la présence d’une fumée ni d’un crépitement. Dans le cas opposé, les flammes de couleur rouge, également noire, étaient souvent associées à des situations non favorables ou des prémonitions funestes.

Pour conclure, à l’origine, le recours à l’hépatoscopie avait pour raison d’être de prédire les évènements futurs, mais elle avait également pour but de faire des pronostics sur la maladie d’un consultant.

Comme les faits futurs sont déjà gravés dans les entrailles du destin, il est donc possible, pour ces haruspices, de les mettre au grand jour, par le truchement de cette forme de science occulte.

L’hépatoscopie et l’empyromancie avaient connu l’apogée durant les périodes antiques, mais c’est à partir de l’époque post-hellénistique qu’elles commencèrent à perdre du terrain.

La cafédomancie

La cafédomancie, ou voyance dans le marc de café

La cafédomancie ou la voyance dans le marc de café

Origine et historique de la cafédomancie

L’Homme a besoin d’assistance pour entreprendre un projet. En effet, pour résoudre des problèmes existentiels, il lui a fallu recourir à la divination. On connaît, parmi ce grand nombre de moyens de prédiction, la Cafédomancie ou la cofféamancie. Elle se définit comme l’art de prédire les évènements futurs, grâce à l’interprétation des symboles obtenus dans du marc de café.

De tous les temps, il a été considéré que les figures et les symboles possédaient des pouvoirs mystiques. Ils décelaient en eux toutes les informations contenues dans le livre du destin.

L’interprétation des symboles est une faculté naturelle à l’Homme. En effet, les Egyptiens et les mayas utilisaient déjà des symboles, pour se communiquer : ce sont les hiéroglyphes. Leurs us et coutumes y furent ainsi gravés.

On peut dire que la Cafédomancie résulte des mêmes principes que les autres arts divinatoires, utilisant des symboles. Son origine peut se perdre au plus profond de l’Antiquité, avant même la découverte du café. Ainsi son début exact reste difficile à mettre en lumière, mais des sources affirment que, ce type de voyance peut nous être donné en héritage soit par les Perses, les Egyptiens ou les Chinois.

Comment pratiquer la Cafédomancie ?

Comme son nom l’indique, il faut tout d’abord posséder tous les instruments indispensables pour faire du café. Il n’est pas précisé le type et l’espèce de café à utiliser pendant le rituel. Des petites coupes en porcelaine, sans anses ni décors, sont préférables pour aboutir à de meilleurs résultats. Mais il existe actuellement sur le marché, des tasses blanches qui peuvent également servir d’outil.

On recense divers types de méthodes pour pratiquer la Cafédomancie. Une de ces méthodes propose l’ingurgitation de la boisson, tout en laissant quelques restes dans le fond de la tasse pour révéler les fameux symboles, servant d’oracles et d’augures. Pour cela, il faut poser la soucoupe au-dessus de la tasse et ensuite les retourner ensemble.

Après trois minutes de patience, il est indiqué de soulever la tasse, toujours dans sa position renversée, et de la positionner sur une serviette blanche. Cette opération est répétée autant de fois que possible, et elle ne prendra fin que lorsqu’une image ou un symbole soit obtenu.

Une autre technique consiste à verser le marc de café, après avoir été chauffé avec de l’eau dans une cafetière, dans une assiette plate de couleur blanche, de préférence en porcelaine. Le principe ne consiste qu’à remplir à moitié la cafetière. Il faut agiter cette dernière pendant une minute et dans tous les sens. La suite du rituel exige de faire décanter l’ensemble, marc de café et eau, dans un autre récipient.

Enfin, les symboles seront obtenus grâce au dépôt laissé par le marc de café sur l’assiette lorsque toute l’eau a disparu.

Quelques types de symboles et leurs significations respectives

Dans la cafédomancie, il existe un certain nombre de symboles qui peuvent naître de ces expériences. Chacun de ces symboles possède une signification qui lui est propre.

Par exemple, la figure d’un « ange » obtenue sur le marc de café peut annoncer un secours ou une consolation.

Le symbole d’un quelconque animal quadrupède, non domestique, est un mauvais augure, puisque ce serait une annonce de chagrin.

L’image d’un arbre peut signifier la grandeur ou l’élévation et si c’est à l’envers cela prédit le contraire.

Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres, mais l’interprétation de ces symboles dans la cofféamancie, peut concerner d’autres arts divinatoires comme l’aéromancie, la capnomancie, l’ébanomancie, l’oomancie

L’alchimie et ses principes

Qu’est-ce que l’alchimie ?

L’alchimie et la chimie sont au début deux appellations synonymes, parlant d’une même science. Les scientifiques d’antan croyaient au pouvoir de transformer certains métaux, les métaux vils (plomb, cuivre …) en métaux nobles tels que l’argent ou l’or. Les recherches dans cette science sont entreprises afin de parvenir à réaliser une pierre philosophale, capable de cette transmutation.

Parallèlement, l’alchimie s’applique dans les recherches pour la formule de la panacée, l’élixir de vie qui attribuera à l’homme l’immortalité et qui lui guérira de nombreuses maladies. De ce fait, de nombreuses matières naturelles sont utilisées dans les recherches, pour trouver des combinaisons médicinales efficaces.

A la différence de la chimie moderne, cette science croyait donc en une solution unique, qui serait la clé de la richesse éternelle et de l’immortalité.

Également, elle s’est accompagnée d’autres disciplines au début de la renaissance, notamment de mystiques et de croyances spirituelles.

Les deux types d’alchimies

L’alchimie gréco-alexandrine

C’est à travers cette science que l’alchimie occidentale est née. La naissance de l’alchimie gréco-alexandrine est estimée entre le premier siècle avant J.C et le IIIème siècle. La science fût créée à travers des constatations et de croyances à transformer certains métaux, et de reproduire l’or de manière parfaite.

Cette croyance s’accompagne d’une doctrine visionnaire qui se focalise sur l’idée d’une sympathie universelle. Les premiers alchimistes connus étaient Zosime de Panopolis et Bolos de Mendès. Les alchimistes alexandrins s’appliquaient sur quelques techniques connues : la fabrication d’alliages, le vernissage laqué des métaux, l’utilisation de substance volatile.

L’alchimie arabe

C’est en 685 que l’alchimie arabe fût créée, à travers l’ordre du prince Khalîd ibn al-Yazid sur la traduction des textes alchimiques grecs. On doit à la discipline la découverte de l’acide nitrique, grâce à un chauffage de nitrate de potassium connu à l’époque sous le nom de salpêtre avec un sulfate de cuivre et d’alun ; la découverte de l’acide sulfurique, un composé chimique appelé autrefois vitriol, et l’eau régale. L’alchimie arabe s’appuie aussi sur certains domaines comme l’astrologie et la magie.

Les fondements de l’alchimie

Les principes de l’alchimie repose sur de quatre éléments « théoriques » dont trois considérés comme visibles et le quatrième élément invisible. Les trois premiers éléments sont le feu, la terre et l’eau ; l’air est l’élément invisible.

  • La terre est l’une des premières matières premières solides qui sont visibles et indestructibles. Cette matière, vue comme pure en alchimie, relève du souffre et en présente les caractéristiques fixes.
  • Le feu est une matière occulte à l’opposée de la terre et est considérée comme impure.
  • L’eau est un fluide qui relève des principes volatiles du mercure, étant une matière qui peut passer de l’état liquide à l’état solide ou gazeux.
  • L’air, le quatrième élément invisible est la matière considérée la plus complexe.

Le principe de l’alchimie est de transformer mais pas de créer. La discipline se focalise sur les métaux et la matière.

Les principes de l’Alchimie

Symboles alchimiques

L’idée de l’alchimie est la conception même de l’univers. Le premier fractionnement de l’univers est la dualité qui regroupe la lumière et les ténèbres. Apparaissent ensuite les fractionnements qui donnent les trois matières, fondements des grands principes de l’alchimie : le sel, le soufre et le mercure. L’alchimie se voue à découvrir une combinaison parfaite de ces trois matières de sorte à trouver une quatrième matière secrète, celle de l’univers qui ouvrira l’accès à d’autres connaissances et qui fournira aux hommes des techniques supérieures.

Le travail de l’alchimiste consiste alors à travailler la première matière en la dégradant pour en desceller le message et de le maîtriser. On parle alors de l’accord parfait pour la matière choisie, qui sera combinée à d’autres afin de trouver l’équilibre parfait. Les alchimistes croient en des messages purs contenus dans chacun des matières précités.

La méthodologie de l’alchimie

L’alchimie se consacre à purifier les messages contenus dans les matières fondamentaux de l’univers dans le but d’en faire un accord parfait. Le message contenu ne constitue qu’une très faible proportion de la matière. On appelle l’œuvre au rouge le décèlement et la multiplication du message afin d’en faire une matière parfaite et équilibrée.

Les techniques utilisées pour cette opération sont le principe de la dissolution, le principe de la précipitation, le principe de la cohabitation pacifique. Dans le travail en oratoire, il y a la réalisation de la Spagyrie qui ne nécessite que quelques matières et une température inférieure à 100 °C. La matière à travailler est une plante qui sera putréfiée pour en soustraire le soufre, et sera mélangé avec le mercure végétal.

Il s’agira ensuite d’imbiber le sel contenu dans la plante avec le mercure teintée pour soustraire au final une huile rouge, appelé la pierre végétale.

Les disciplines de l’alchimie

L’alchimie est une vision symptomatique de l’univers. Néanmoins, elle ne sépare pas la métaphysique de la physique. L’univers est considéré par la discipline comme un tout. Étant donné que c’est une science qui étudie la vie (métaphysique) et la matière (physique), l’alchimie part du principe que tout évolue et tout peut être étudié au niveau de la vie et de la conscience.

Le Chamanisme

Le Chamanisme ( Ou Shamanisme )

La pensée chamanique (ou shamanique) trouve sa source en Sibérie pour s’étendre sur la Baltique puis en Extrême Orient. C’est certainement en Asie centrale que le chamanisme est le plus puissant avec les Mongols originaires de Sibérie qui sont des maîtres du shamanisme. Puis, on retrouve des pratiques analogues au Népal, en Chine, au Japon, chez les Indiens d’Amérique du Nord ainsi qu’en Afrique, en Australie et en Amérique Latine avec les Amérindiens.

Dans ces différentes ethnies, Le Chamane (ou chaman, shaman, shamane) est un être très puissant et vénéré car il a été “désigné” et “élu” par le monde des esprits, rien ni personne ne peut le soustraire à ce choix suprême. Il est le prêtre-sorcier de la tribu, son autorité naturelle est alors incontestable et son pouvoir s’étend au-delà du monde du réel. Il est à la fois devin et guérisseur, c’est le sage qui est consulté par tout un chacun et en toutes circonstances.

La croyance chamanique reconnaît deux mondes bien distincts, le monde visible et le monde “autre”, celui des esprits et de leurs forces.  L’âme survit à la mort et la puissance de ce monde invisible interfère dans le monde visible, le Chamane en est un émissaire influent.

Afin de communiquer avec les esprits, le chamane pratique des rituels pour se mettre en transe. La transe est certainement le passage le plus spectaculaire car l’expression corporelle se traduit alors en symptômes organiques, tels que ralentissement ou accélération de la respiration, catalepsie ou tremblements ; la perte de lucidité est alors progressive et le chamane devient indifférent à tout événement extérieur, il est alors “transporté” et entre en communion avec l’au-delà, avec les esprits. Dans l’état de transe, il y a la notion de “passage” et de changement, c’est le cas quand un esprit autre que le sien est présent dans le corps du chamane et s’exprime à travers cette enveloppe corporelle. La sortie de l’état de transe est toujours douloureuse , voire dangereuse pour le chamane , tout comme son entrée (d’où la pratique de rites bien particuliers), et, à ce stade, le shamane connaît souvent un état de fatigue intense.

Le Chamane se met aussi en rapport avec les entités spirituelles par le moyen des songes ou des visions, communication beaucoup plus douce pour lui et tout aussi efficace pour des applications bien spécifiques.

Chaque chamane est différent des autres et a ses propres rituels. Chacun possède un talent personnel à exercer une fonction souvent héréditaire. En dehors des séances, le chamane est un être normal, mais, lorsqu’il est en contact avec les esprits, il peut donner une apparence trompeuse de fragilité et vulnérabilité.

L’âme a la faculté de quitter le corps , le Chamane réalise  cette sortie du corps autant de fois qu’il le désire par l’expression de son choix (transes, songes …..) et suivant des rites bien précis, il franchit alors des espaces dont la forme humaine interdit l’accès. Il est un émissaire de valeur inestimable qui a la parfaite connaissance et compréhension des choses secrètes, il met ses connaissances au service de l’homme en l’aidant à résoudre les dilemmes de la vie ; sa sensibilité aux effets et phénomènes parapsychiques lui permet également de voir l’avenir pour dénouer certaines situations spécifiques.