la numérologie pour les nuls

La numérologie

La numérologie késako ?

La numérologie est une science alternative. Les pseudo-sciences ou sciences alternatives sont des disciplines scientifiques ne respectant pas les grandes lignes de la méthode scientifique. Ainsi, la numérologie est un système de doctrines basé sur la propriété surnaturelle des nombres. En quelques sortes, la numérologie porte son étude sur le pouvoir des nombres, sur la vie des hommes.

La numérologie et sciences mathématiques

Cette doctrine puise ses origines dans le judaïsme, religion juive, notamment dans la Kabbale. Il est essentiel de préciser que la numérologie se rapproche des sciences mathématiques ; dans les religions judaïques citées précédemment, la gématrie est fortement sollicitée par la discipline. Cette dernière est une forme d’étude des textes qui servait beaucoup dans l’interprétation des phrases. On utilise la gématrie pour interpréter certains passages de la bible hébraïque. La gématrie a pour principe de faire une somme de la valeur numérique des lettres et des phrases pour obtenir les commentaires. La numérologie est alors une science très ancienne. Elle n’est pas une exclusivité de la civilisation hébraïque, le fait est que cette culture a su mieux la mettre en évidence. Alors, des traces de l’histoire des nombres étaient présentes dans les anciennes sociétés chinoise, hindoue et grecque.

Le principe de la numérologie

Dans l’ensemble, le principe de la numérologie s’avère être simple et facile à comprendre. Ce code repose sur l’association de fréquence vibratoire à la valeur numérique qui représente une lettre. Chaque lettre a donc sa grandeur numérique qui, à son tour, est assimilé à un pouvoir vibratoire. Ainsi, par exemple, pour les 26 lettres de l’alphabet francophone, on se retrouve avec 26 valeurs. Il existe deux grandes catégories dans la numérologie : La numérologie à 9 nombres et celle à 22 nombres. La seconde prend ses racines dans la Kabbale.

La numérologie à 9 nombres ou « numérologie récursive à 9 nombre », de nature récursive, a la prétention de considérer l’influence du génie de chaque langue. Elle fait usage d’un tableau appeler « table des 9 nombres ». Cette table comporte 9 colonnes et 4 lignes. Dans la première ligne, sont placés les chiffres de 1 à 9. Ce sont les lettres de l’alphabet qui remplissent les autres cases du tableau. Par ce rangement, on obtient la correspondance en nombre des lettres. Pour obtenir le nombre d’une personne, d’un mot ou d’une phrase, on fait la somme des lettres. La méthode récursive réduit alors la somme par une autre addition. En obtenant le nombre, il est possible de faire une interprétation directe par le biais d’un tableau informatif. Pour des personnes de langues différentes mais avec un nom similaire, on se retrouve forcément avec des résultats distincts. Cette numérologie prend compte de la langue de chacun. La numérologie à 22 nombres est la discipline primaire. Cependant, elle est moins connue et plus compliquée que son homologue occidental latin, celle à 9 chiffres.

On assimile plus la doctrine à un art qu’à une science. Il est parfois fréquent de se trouver en présence d’affirmation comme quoi la numérologie est un art divinatoire basé sur les nombres. A l’instar de l’astrologie, elle a pour prétention de pouvoir faire des prédictions sur le caractère des individus et même de lui dévoiler son avenir. Tout cela se fait par l’interprétation de mots ou de nom par l’intermédiaire des chiffres.

Au fil des décennies, son importance dans le quotidien de l’homme n’a cessé de grandir. Malgré son attribution de pseudo-science, de nombreux scientifiques ont pris la décision de s’orienter vers elle. Dans les années 70, la numérologie commence à avoir beaucoup de succès aux Etats-Unis. Notamment avec Kevin Avery qui a su imposé cette doctrine dans son pays. L’étude de la numérologie était pour lui la loi divine qui pourrait faire de la Terre un monde meilleur. Le numérologue américain était le premier à commercialiser la numérologie. Il a fait que la discipline soit accessible aux particuliers et aux entreprises. C’est dans le milieu des finances que le chercheur va rencontrer un franc succès. A la bourse new-yorkaise de Wall Street, il est considéré comme le pape de la numérologie. Il a même un journal à son actif, un éditorial qui traite des prévisions des fluctuations boursières.

Actuellement, le succès que rencontre la numérologie dans les pays du Nord est sans équivoque. Tout comme l’astrologie, elle profite de l’engouement de la masse vers les sciences alternatives. L’homme a atteint un degré où la science rationnelle ne peut toujours pas répondre au sens de la vie, à nos origines exactes et à la question de notre avenir. Les pseudo-sciences offrent plus d’alternatives que l’on ne peut ni contredire, ni prouver. C’est la demie mesure de ces disciplines alternatives qui attire les gens.

On consulte la numérologie pour de nombreuses raisons. Les entreprises font appel à des numérologues pour surtout rentabiliser leurs placements. A chaque grande opération, elles imposent tout le temps une étude des nombres par le biais de cet art. Les particuliers constituent aussi un bon marché pour les chercheurs de la doctrine. Quand une personne est un adepte de l’astrologie et du tarot, elle consulte obligatoirement aussi la numérologie. Les gens de l’époque contemporaine ont cette tendance de toujours vouloir connaître leur avenir pour se soustraire de la dure réalité du monde.

Dans son expansion, cette science des nombres a su profiter des moyens de communication de l’ère moderne. Rien qu’en prenant le cas du Web, on constate que la toile est maintenant envahie par une multitude de sites en rapport avec la numérologie. L’outil Internet a fait que la pensée touche le maximum de gens. Dorénavant, on peut consulter les services d’un numérologue via son téléphone cellulaire ou son ordinateur portable. De ce fait, les consultants n’ont plus besoin de se déplacer pour une consultation. Dans le monde de la presse écrite, il y a aussi des éditoriaux qui traitent ce sujet.

La numérologie remonte à des temps très anciens, une époque où Les philosophes lui assuraient déjà un très grand intérêt. Au cours de l’histoire, son importante n’a fait que s’accroître, notamment dans le domaine de la religion, plus précisément avec le Judaïsme et l’Islam. Avec les diverses évolutions des sociétés, la science des nombres a su conquérir une place dans le quotidien des hommes. Dans la société moderne, la numérologie a su se faire indispensable et incontournable.

le Tai Chi

Qu’est ce que le Tai Chi ?

Pratique du Tai-Chi en groupe

Le Tai Chi est un art corporel énergétique, d’origine chinoise, dont la création remonte vers 600 avant J-C.

Il est orienté vers le bien-être du corps et de l’âme, et, comme le Yoga, travaille la respiration, les étirements, la souplesse pour procurer une détente musculaire et nerveuse. Il fait partie des arts martiaux internes les « Nei Jia » opposés aux « Wai Chia », arts martiaux externes considérés comme plus durs. Il repose sur le travail de l’énergie vitale, « le qi», qui constitue le véritable support de la vie pour les taoïstes, et s’appuie sur des mouvements continus et circulaires que les pratiquants exécutent avec lenteur et précision selon un ordre traditionnel.

L’objectif est le même pour les diverses méthodes de Tai Chi : combattre un ennemi inexistant, d’agir sans agir. Le but de la séance est d’atteindre l’équilibre des énergies du Ying, de la terre, et du Yang, issu du ciel.

Comment pratiquer le Tai Chi ?

Tout le monde est apte à pratiquer le Tai Chi, car il ne nécessite aucune aptitude particulière, et n’utilise pas de force. L’enchaînement des mouvements est souple et les postures sont précises, évoquant une danse lente et un combat au ralenti. Pour les puristes, les mouvements peuvent comporter jusqu’à cent mouvements différents, mais pour les pratiquants, ils enchaînent entre 24 à 48 mouvements.

Chaque mouvement est guidé par les mains qui captent et dirigent l’énergie. Il peut même être pratiqué assis sur une chaise ou dans un lit. Les séances durent une demi-heure et ont lieu généralement deux à trois fois par semaine. Le tai-chi se pratique en général, pieds nus pour un meilleur contact avec le sol. Il est préférable de pratiquer le tai-chi en groupe et avec un encadrement professionnel surtout pour les débutants.

Quelles sont ses étapes ?

Le travail s’effectue à trois niveaux différents et progressifs : D’abord, on apprend à se placer dans l’espace et à ouvrir les articulations. Ensuite, on réalise la maîtrise de la respiration standard avant de s’attaquer à une respiration interne qui décuple de façon spectaculaire la puissance physique.

C’est donc un exercice cardiovasculaire modéré qui a aussi des effets significatifs sur les fonctions pulmonaires. Et enfin, l’étape énergétique qui canalise le yi, l’énergie mentale.

Que permet la pratique de Tai Chi ?

Elle permet de réguler cinq éléments à la fois:

  • La respiration : en mettant en place la respiration diaphragmatique, détendue et profonde.
  • Le corps : en ayant la posture juste et en lui imprimant souplesse et détente.
  • Le mental : en utilisant sa conscience pour faire éliminer les pensées parasites et se concentrer davantage.
  • L’esprit : et cela en se dotant de volonté, de détermination et de patience pour affronter les épreuves de la vie.
  • L’énergie : pour lui permettre de circuler librement à travers tout le corps et apporter ainsi le bien-être et la vitalité.

Ainsi, le Tai Chi est de plus en plus reconnu par la médecine traditionnelle qui lui consacre une place de plus en plus importante.

Quels sont les bienfaits du Tai Chi ?

Comme une gym douce, le Tai Chi agit sur la souplesse des articulations et le tonus musculaire. Il permet de mieux coordonner les mouvements dans l’espace. D’une autre part, les mouvements exercés permettent d’améliorer la concentration, de maintenir une bonne santé mentale et spirituelle, en se libérant du stress par un contrôle de la respiration et une meilleure connaissance de son corps.

Le tai-chi est un art de vivre où le corps et l’esprit ne font qu’un. Il a été testé et s’avère efficace pour aider à perdre du poids, à gagner du muscle et de l’énergie, vaincre l’insomnie, équilibrer l’humeur, diminuer la pression artérielle, baisser le cholestérol… L’enchaînement des mouvements favorise aussi la circulation du sang et de la lymphe. L’enchaînement debout de cette pratique aide à la formation des os et à la prévention de l’ostéoporose.

D’une autre part, le tai-chi peut changer le profil lipidique d’une personne, et par conséquent aider à prévenir l’artériosclérose. Il peut aussi réduire les risques de futurs problèmes de santé tels que les maladies cardiaques, le diabète et les cancers vu qu’il aide à régulariser le système immunitaire.

Le Tai Chi est également associé à la longévité. Le pratiquant nommé Lu Zijian a vécu jusqu’à 118 ans, il y a aussi d’autres adeptes centenaires Li Zi Ming et Wu tunan.

Quels sont les différents styles de Tai Chi ?

Le style Chen

C’est celui de Chen Changxing (1771-1853). Il est exécuté suivant un enchainement de forces internes puissantes avec des gestes courts et des mouvements très souples, et combine lent et rapide, contient des sauts et des frappes du pied. Nommé « la forme courte » du Tai-chi, car son exécution ne dure que 10 minutes au lieu de trente minutes pour une forme longue. Il s’est diversifié en de nombreux autres styles, et devenu une discipline très développée en Chine et aux USA.

Le style Yang

Il est actuellement le plus populaire. Il a été créé par Yang Luchan (1799-1872) qui a pensé à modifier le style pour le rendre plus accessible au plus grand nombre. Le style yang comprend de nombreuses écoles comme « Guangping Yang taji », « tai-chi-chuan style yang famille Tung » et « Yangjia Michuan Taiji Quan ». Les mouvements se distinguent par leur amplitude.

Le style Wu (How)

Il provient à la fois des deux styles Yang et Chen. Le Grand Maître Wu Wenhan est le représentant officiel du Style Wu(How). Il est caractérisé par des postures hautes, des mouvements lents, doux et petits. C’est devenu l’une des formes de Tai-chi les plus pratiquées, car ses mouvements permettent à tous de s’initier.

Le style Wu

Il est très proche du style yang et c’est le deuxième style Wu. Le Grand Maître Ma Hailongre est le présentant officiel du Style Wu. Le corps est penché sur le côté, mais l’imagine être droit.

Le style Sun

Ce type de Tai Chi provient de Hoa Weizhen. Ils combinent trois styles d’arts martiaux internes : Tai Chi Chuan Wu, Xingyi (Hsing-I) et Bagua. Crée par le grand Maître Sun Yongtian représentant officiel du Style Wu.